Corinne Masiero raconte son rapport très difficile à la célébrité

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Révélée au grand public en 2014 avec "Capitaine Marleau", l'actrice Corinne Masiero a toujours du mal avec la notoriété. "Une maladie de riche" qu'elle explique au micro Philippe Vandel, dans l'émission "Culture Médias".
INTERVIEW

Dès les premiers épisodes de Capitaine Marleau en 2014, elle est devenue une personnalité adorée par les Français. Mais l'actrice Corinne Masiero, qui revient avec son personnage fétiche ce mardi soir sur France 3, a toujours du mal avec le fait d'être connue. Elle explique pourquoi dans Culture Médias.

Un selfie dans un enterrement

Corinne Masiero est évidemment très contente du succès de sa série policière. Ce qui la dérange, c'est le comportement d'une certaine partie du public. "La notoriété, je m'en fous", rappelle-t-elle. "Dans un évènement public, il n'y a pas de souci : je joue le jeu bien volontiers, bien gentiment et avec beaucoup de plaisir. Ce que je n'aime pas, c'est qu'on vienne m'emmerder quand je suis dans l'intimité."

L'actrice cite en exemple une anecdote qui lui est ainsi arrivée dans le cadre privé, et qui lui a fortement déplu. "Quand je suis à l'enterrement d'un pote, je n'aime pas qu'on me demande un selfie". 

Bien choisir son moment

Celle qui incarne le Capitaine Marleau précise tout de même : "Je suis pas malhonnête, comme on dit chez moi. Je suis pas mal polie, je ne dis pas 'Va te faire foutre', etc." Mais elle garde dans la vie le franc parler qui fait le succès de son personnage. "J'explique aux gens que je n'aime pas faire des photos. Donc je ne fais pas de photos", indique la comédienne. "Et quand parfois on vient me parler, que je suis en train de faire quelque chose, j'explique que ce n'est pas le moment."

"Ça va pas mieux", résume-t-elle de son ton bougon, au sujet de son rapport conflictuel à la célébrité. "Mais c'est des maladies de riches, il y a d'autres choses plus importantes dans la vie". Corinne Masiero a pourtant consulté une psychologue pour régler cette question. "Enfin si, ça va mieux maintenant" rassure-t-elle. "Parce que je m'en fous de ce que les gens pensent."

Europe 1
Par Alexis Patri