"Je n’ai jamais été victime de racisme" : quand Riad Sattouf raconte son arrivée en France

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
A l'occasion de la sortie du cinquième tome de sa série de bande dessinée "L'Arabe du futur", Riad Sattouf s'est livré sur ses jeunes années et son arrivée en France, jeudi sur Europe 1. "Je n’ai jamais été victime de racisme en France", raconte-t-il, disant avoir eu "cette chance".
INTERVIEW

Né d'un père Syrien et d'une mère bretonne, Riad Sattouf s'est exprimé sur son enfance et son adolescence, jeudi sur Europe 1, à l'occasion de la sortie du cinquième tome de sa série autobiographique L'Arabe du futur. Ce tome retrace les jeunes années de l'auteur de bandes dessinées, lorsqu'il vivait à Rennes, en Bretagne, entre 1992 et 1994. "Je n’ai jamais été victime de racisme en France", raconte-t-il. "J’ai eu cette chance", complète celui qui est aussi l'auteur des Cahiers d'Esther. "Des gens, évidemment, n'ont pas eu la même histoire que moi", a-t-il nuancé. 

"Le livre a été pour moi un bien essentiel"

Dans ce nouveau tome de L'Arabe du futur, Riad Sattouf s'attarde bien sûr sur l'histoire de sa famille. Son parcours est celui d'un homme tiraillé entre la France et la Syrie, lui qui a grandi dans la famille de son père, dans un petit village syrien où régnait la pauvreté. Mais Riad Sattouf raconte avoir "eu la chance d’avoir très tôt" pu s’exprimer "de manière artistique". Sa grand-mère bretonne lui envoyait des bandes dessinées, comme Tintin, alors qu'il n'avait que 4 ou 5 ans. C'est "grâce à ces livres-là" qu'il est devenu l'auteur renommé qu'il est aujourd'hui, selon lui. "Le livre a été pour moi un bien essentiel dans ma construction", sourit celui qui est aussi un réalisateur à succès. 

"J'adore la liberté qu'il y a en France de faire des livres"

À son arrivée en France, Riad Sattouf a donc choisi "une autre identité", celle "de l'expression artistique". Un pari réussi que l'auteur associe aux valeurs de l'Hexagone : "J'adore la liberté qu'il y a en France de faire des livres." "L’expérience que j’ai de la France, ce n’est absolument pas un pays raciste. C'est un pays certainement où il y a des racistes, un problème de racisme dans certains aspects de la société", observe-t-il. Mais "je n’ai pas croisé un pays qui me plaise plus qu’ici", conclut-il.

Europe 1
Par Jonathan Grelier