Hommage national à Aznavour : les dirigeants arméniens présents, le public invité

, modifié à
  • A
  • A
Charles Aznavour est mort lundi à l'âge de 94 ans.
Charles Aznavour est mort lundi à l'âge de 94 ans. © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
Le président et le Premier ministre arméniens figurent parmi le millier de personnes invitées à l'hommage national au chanteur vendredi à Paris, où le public est également convié, a indiqué jeudi l'Élysée.

Le président et le Premier ministre arméniens figurent parmi le millier de personnes invitées à l'hommage national à Charles Aznavour vendredi à Paris, où le public est également convié, a indiqué jeudi l'Élysée.

Le président Armen Sarkissian et le Premier ministre Nikol Pachinian seront aux côtés d'Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, dans la cour des Invalides.

Hymne national arménien et Marseillaise. L'hommage national, dont le dispositif est très encadré et solennel, débutera à 10h par l'entrée du cercueil au son d'une oeuvre musicale traditionnelle, Dle Yaman, jouée au duduk, un instrument à vent arménien. L'hymne arménien puis La Marseillaise seront ensuite joués par la Garde républicaine.

Emmenez-moi, joué au piano. Après le passage en revue des troupes, Emmanuel Macron et Nikol Pachinian prononceront un éloge funèbre du chanteur, décédé lundi à l'âge de 94 ans. L'un des morceaux les plus célèbres de Charles Aznavour, Emmenez-moi, sera interprété au piano lors de la sortie du cercueil, recouvert du drapeau français. Il sera suivi des quatre enfants du chanteur, dont l'épouse ne sera pas présente.

Les anciens présidents de la République invités. Les anciens présidents de la République ainsi que les représentants des corps constitués ont été invités à cette cérémonie à laquelle assisteront aussi des représentants de la communauté arménienne et du monde culturel, selon l'Élysée. Un millier d'anonymes pourront également prendre place dans la cour tandis que la cérémonie sera diffusée sur grand écran sur l'esplanade des Invalides. L'hommage sera également retransmis en direct sur plusieurs chaînes TV (France 2, franceinfo, canal 27, BFMTV, LCI, CNews). 

Avec l'accord de la famille, l'Élysée avait annoncé mardi soir qu'un hommage national serait rendu à Charles Aznavour, ainsi que cela avait été fait pour de grandes personnalités françaises comme Simone Veil ou Jean d'Ormesson en 2017. Il diffère de l'hommage populaire qui avait été rendu le 8 décembre 2017 à Johnny Hallyday en présence d'une immense foule dans les rues de Paris puis dans l'église de La Madeleine.

Une inhumation en toute intimité, samedi. Charles Aznavour sera enterré samedi en début d'après-midi "dans la stricte intimité" à Montfort-l'Amaury, dans les Yvelines, où repose une partie de sa famille, a indiqué jeudi la mairie. Il reposera dans son caveau familial, aux côtés de ses parents et de son fils Patrick, décédé à l'âge de 25 ans. Emmanuel Macron devrait de nouveau saluer la mémoire de Charles Aznavour, né Charles Varenagh Aznavourian, lorsqu'il se rendra en Arménie, la terre de ses parents, pour le sommet de la Francophonie les 11 et 12 octobre.

Hommage populaire, national, funérailles nationales... quelles différences ?

L'hommage national est une cérémonie très encadrée, qui doit être annoncée au Journal officiel, organisée aux Invalides et aux Panthéon, en présence des plus hauts représentants de l'État et comprenant un discours du président de la République. Le cercueil, visible, est drapé de bleu-blanc-rouge. Les obsèques nationales, pour leurs parts, ne se font pas nécessairement dans ces deux lieux et doivent faire l'objet d'un décret. Ces deux types de cérémonies sont donnés en hommage à des êtres exceptionnels, des militaires, des penseurs, des écrivains ou des artistes qui, à leur manière, ont fait briller la France dans le monde.

L'hommage populaire, pour sa part, est beaucoup moins protocolaire. Le lieu est totalement libre, tout comme le procédé de la cérémonie. Le chef de l'État s'y exprime en tant que "représentant du peuple". Il n’a été mis en place qu’une seule fois, pour Johnny Hallyday, à Paris, le 9 décembre 2017, comme le rappelle Le Parisien.