Guillaume Gomez quitte les cuisines de l'Elysée après 25 ans de service

  • A
  • A
Guillaume Gomez
Guillaume Gomez a servi quatre présidents de la République. © Tiziana FABI / AFP
Partagez sur :
Le chef, qui a régalé Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron, quitte ses fourneaux pour devenir le représentant personnel du président de la République en termes de gastronomie et d'alimentation. Rattaché au ministère des Affaires étrangères, il sera notamment chargé de faire rayonner la cuisine française à l'international. 

Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. Ces quatre présidents de la République ont eu la chance de déguster la cuisine de Guillaume Gomez. Le chef des chefs de l’Etat quitte la cuisine de l’Elysée après 25 ans de bons et loyaux services.  Loin des fourneaux, mais pas des institutions, le chef va devenir le premier ambassadeur français de la gastronomie.

Guillaume Gomez sera désormais le représentant personnel du président de la République auprès des acteurs et des réseaux de la gastronomie et de l’alimentation, afin de promouvoir les arts culinaires de la France. Si le nouveau titre du chef au col bleu blanc rouge ne tient pas sur une carte de visite, sa mission est pourtant simple :  faire rayonner la gastronomie française mise à mal par la crise sanitaire, lui redonner de l’attractivité.

Un cuisinier au chevet des restaurateurs 

Il s’agit donc d’un rôle de représentation mais aussi de conseils. Guillaume Gomez connait tout le monde dans le milieu : les chefs, les agriculteurs, les artisans. Depuis la première fermeture des restaurants au début de la crise sanitaire, il est passé de cuisinier à médiateur, sorte de relai entre la profession et Emmanuel Macron dont il a la confiance. Le chef à la carrure de rugbyman, charismatique et volubile, pourra également s'appuyer sur sa forte exposition médiatique puisqu'il est très présent sur les réseaux sociaux, dans le secteur caritatif, et a publié plusieurs livres, dont le dernier, À la table des présidents, dévoile quelques recettes de "la première Maison de France".

"La cuisine, ce n'est pas une histoire d'élitisme, ni de prix. On fait de très bons plats avec des poireaux et des tomates quand c'est de saison", a-t-il expliqué dans un entretien à l'AFP en 2018. En insistant sur la nécessité de "rééduquer une partie des enfants vers le mieux manger".

 

C’est depuis un bureau au ministère des Affaires étrangères qu’il va remplir ses nouvelles fonctions, loin donc de ses fourneaux des sous-sols du palais de l’Elysée. Ses deux adjoints, en poste depuis 20 ans, vont prendre la suite en attendant la nomination de son successeur. 

Europe 1
Par Pierre Herbulot avec AFP, édité par Romain David