Fabrice Luchini raconte Jean de La Fontaine : "On ignore s'il savait ce qu'il faisait !"

  • A
  • A
fabrice Luchini 0:52
Fabrice Luchini est un grand amateur de Jean de la Fontaine © Europe 1
Partagez sur :
Dans l'émission "Historiquement vôtre", Stéphane Bern fait jeudi le récit de la véritable histoire de Jean de La Fontaine, le plus célèbre fabuliste français. Un récit auquel réagit Fabrice Luchini, invité de l'émission, mais surtout comédien volubile et grand amateur de l'auteur de l'histoire du corbeau et du renard.
INTERVIEW

Comment Jean de la Fontaine est-il devenu Jean de La Fontaine ? Stéphane Bern fait le récit de la vie du célèbre fabuliste dans l'émission Historiquement vôtre jeudi. Des explications auxquelles ne manque pas de réagir le comédien Fabrice Luchini, invité du jour et amoureux éclairé de l'œuvre des fables les plus enseignées dans les écoles de France. Si l'on retient de La Fontaine ses fables et leurs célèbres morales, ces dernières sont "assez secondaires" dans l'œuvre du poète, à en croire le comédien. 

"Contrairement à ce qu'on croit, le moralisme de La Fontaine est inspiré d'Hésiode, de Pipelet, des livres orientaux, des faits divers", explique Fabrice Luchini, selon qui Jean de La Fontaine n'hésitait pas à aller chercher l'inspiration ailleurs. "Il y avait des moments où Madame de Sévigné lui racontait un fait divers, et il pondait une fable sur le même sujet un mois ou deux après."

"Un adaptateur de génie"

Et c'est là que réside selon lui le génie du célèbre fabuliste. "Sa grande spécificité unique dans l'histoire de la langue française, peut-être avec Molière, c'est qu'il est un adaptateur de génie", avance Fabrice Luchini. "Si vous prenez les fables d'Ésope, c'est lourd, ça pèse. Et puis, La Fontaine arrive dans ces fables, les adapte, et ça devient l'incarnation de la fluidité."

Et c'est cette facilité d'accès qui rend encore aujourd'hui les fables de La Fontaine si populaire. Pourtant, Fabrice Luchini n'est pas certain que le poète faisait tout cela de manière consciente. "On ne sait même pas s'il savait ce qu'il faisait ! C'est très mystérieux...", raconte, non sans emphase, cet amoureux des belles lettres.

Europe 1
Par Alexis Patri