"E.T.", "Taxi Driver", "Sur la route de Madison" : les films de la vie de Gaëtan Roussel

, modifié à
  • A
  • A
Gaetan Roussel 10:03
Gaëtan Roussel au printemps de Bourges, le 17 avril 2019. © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :
Dans l'émission cinéma d'Europe 1, "CLAP !", un invité se prête chaque semaine à un questionnaire cinéma sur les films de sa vie. Samedi, c'est le chanteur, auteur et compositeur Gaëtan Roussel qui a répondu aux questions de Margaux Baralon sur ses longs métrages mémorables, depuis son premier vrai souvenir sur grand écran jusqu'à sa bande-originale préférée.
INTERVIEW

Tous les samedis pendant une heure dans CLAP !, la spécialiste cinéma d'Europe 1, Margaux Baralon, fait le tour de l'actualité du septième art. Chaque semaine, un invité, qu'il soit ou non du monde du cinéma, se soumet à un questionnaire personnel sur les films de sa vie. Samedi, c'est le chanteur, auteur et compositeur, Gaëtan Roussel, qui s'est plongé dans ses souvenirs cinéphiles, marqués par Steven Spielberg, Frank Capra ou encore Claude Lelouch.

Quel est votre premier souvenir de cinéma ?

Ça doit être E.T. (Steven Spielberg). Je devais avoir huit ans et je me souviens, on était en vacances avec mes parents et toute la famille et on était allé le voir. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. C'était poétique, c'était touchant, c'était plein de choses à la fois. C'est aussi un film qui m'a accompagné après, que j'ai revu avec mes enfants, qui ont pleuré tout autant que moi.

Votre meilleur souvenir en salle ?

J'habitais dans Paris, pas très loin d'un cinéma qui était plutôt un cinéma d'art et essai, qui ne programmait pas ce qui sortait du mercredi au mercredi. Et j'avais vu Arsenic et vieilles dentelles (Frank Capra). Il n'y avait personne dans le cinéma c'est les séances du matin, vous savez, les séances de 10 heures, et je m'étais faufilé. Je ne savais pas trop ce que j'allais voir, mais j'ai un bon souvenir du film, et un très beau souvenir de ce moment privilégié dans le cinéma, parce que d'habitude, on n'est pas tout seul.

Votre séance de cinéma la plus dingue ?

Dans le jardin. Quand on fait son propre cinéma avec le rétro. On met des heures à tordre le drap, Le vent l'envoie là, là… Mais par contre, c'est super quand on y arrive, quand on a les câbles de la bonne longueur. Je n'ai pas fait souvent, mais je l'ai déjà fait avec mon frère. On regardait Le Voyage de Chihiro (Hayao Miyiazaki), des films qui sont pour tout le monde, enfants et grands. Le Château dans le ciel (Hayao Miyazaki), aussi.

C'est sans compter sur les éléments naturels quand on est dehors. Donc ce n'était pas facile, mais on a eu un ou deux jolis moments. Donc cette idée-là, quand on fabrique un peu son cinéma, qu'on choisit son film, que tout le monde s'y met un petit peu, ce sont des bons souvenirs.

Le film que vous auriez aimé voir au cinéma ?

Taxi Driver (Martin Scorsese). Je crois que je ne l'ai pas vu au cinéma et j'aurais beaucoup aimé. Je l'ai beaucoup regardé, donc je l'ai vu un peu sur différents supports, mais je ne l'ai pas vu au cinéma. C'est un grand film, avec un grand De Niro. Et  je crois que j'aurais bien aimé faire. J'aimerais bien.

Le film que vous avez le plus vu en salle ?

L'aventure, c'est l'aventure (Claude Lelouch). J'adore ce film. J'adore. J'adore Jacques Brel. J'adore Lino Ventura. J'adore Aldo Maccione. Je trouve ce film inépuisable. J'adore la musique. J'adore ça. 

Le film qui vous fait le plus rire ?

Le dîner de cons (Francis Veber) est bien placé. C'est un film qui dure 1h30, mais je pense qu'à chaque fois que je le regarde avec mes enfants, il dure bien 2h15. On est obligé de faire pause. C'est le petit avantage quand tu n'es pas au cinéma. Ce film-là me fait beaucoup, beaucoup rire.

Le film qui vous fait le plus pleurer ?

Sur la route de Madison, de Clint Eastwood, avec Meryl Streep. Ce film, j'ai mis du temps à le regarder. La première fois, j'avais prévu mes Kleenex et j'ai pleuré dès le départ. Je le trouve magnifique.

La bande originale de votre vie.

Peut-être celle des Ailes du désir de Wim Wenders, que j'adore. J'ai adoré la manière dont il filme un artiste que j'aime beaucoup, qui s'appelle Nick Cave. Et il y a plein de gens. Voilà et juste après, il avait fait un film qui s'appelait Jusqu'au bout du monde. Ce sont des bandes originales plutôt 'pop', mais j'aime beaucoup ces deux-là. Je les aime bien.

Europe 1
Par Léa Leostic