Commissaire de police, il raconte le monde des indic' en bande-dessinée

, modifié à
  • A
  • A
La bande-dessinée "GoSt 111" raconte l'histoire d'un père de famille devenu indic'.
La bande-dessinée "GoSt 111" raconte l'histoire d'un père de famille devenu indic'.
Partagez sur :
Commissaire parisien, Henri Scala (un pseudonyme) publie GoSt 111 aux éditions Glénat, une bande-dessinée qui met en scène un père de famille a priori sans histoire qui, arrêté par la police après avoir accepté un travail véreux, n'a d'autres choix que de devenir indic'. Il était jeudi l'invité de Matthieu Belliard sur Europe 1.
INTERVIEW

C'est une plongée dans le monde des flics et des indic'. Une fiction mâtinée de faits bien réels. Commissaire parisien, Henri Scala (un pseudonyme) publie GoSt 111 (Glénat), une bande dessinée co-écrite avec le scénariste Mark Eacersall et dessinée par Marion Mousse. Ils racontent l'histoire de Goran Stankovic, père modèle mais sans emploi qui accepte un travail véreux, se fait arrêter et n’a d’autre choix que de collaborer avec la police en devenant indic’. Henri Scala a présenté son ouvrage jeudi au micro d'Europe 1 et nous en dit plus sur le rôle des indic'.

"C'est comme au cinéma"

"C'est une position connue, officielle et très encadrée", explique Henri Scala, qui concède : "Mais oui, c'est comme au cinéma !" Douanes, services fiscaux, renseignements... De nombreuses unités de police font appels aux indic'. Quand aux sources, leurs profils sont très variés. "Particuliers, concierges d'immeuble, ou quelqu'un qui vit à proximité du monde des malfaiteurs : beaucoup de gens peuvent devenir indic'", souligne le policer.

GoSt

Les auteurs ont voulu raconter une histoire de fiction, mais avec l'arrière plan "le plus réaliste possible" pour donner "de l'épaisseur à l'histoire". Ils ont pris garde à ne pas poser de "jugement" sur leur personnage, évitant de lui coller une étiquette de gentil ou de méchant. "Dans la vraie vie, rien n'est jamais bipolaire", rappelle Henri Scala.

Le commissaire-auteur dit avoir pris plaisir à raconter une histoire sortant du schéma type des séries policières françaises. "Il y a un modèle standard des séries policières à la françaises qui date des années 1990-2000. J'ai voulu faire quelque chose de nouveau."

Europe 1
Par Laetitia Drevet