Comment Emma Daumas a réussi à s'extraire de l'image de "midinette de la Star Academy"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Emma Daumas sort le 15 janvier 2021 "L’art des naufrages", son nouvel album. La chanteuse évoque au micro d'Anne Roumanoff l'après Star Académy, et la route qu'elle s'est depuis tracée en tant qu'artiste indépendante.
INTERVIEW

En 2002, Emma Daumas quitte la Star Academy, après sa défaite en demi-finale, devant 17 millions de téléspectateurs. L'émission à succès lui ouvre de nouvelles portes, mais lui impose aussi des attentes du public et des maisons de disque dont elle a dû se défaire. La chanteuse, qui sort le 15 janvier un nouvel album intitulé L’art des naufrages, raconte son parcours au micro d'Anne Roumanoff dans Ça fait du bien.

La lutte de "l'après Star Ac"

Après le célèbre tél-crochet, Emma Daumas est propulsée à 19 ans dans le monde de la musique. Mais sa maison de disques, Universal, a déjà en tête ce qu'elle doit faire. "On projetait en moi une sorte de petite chanteuse blondinette qui peut se trémousser avec des minijupes", se souvient-elle. "Mais ce n'était pas du tout ce que j'avais envie de faire."

La jeune femme doit se battre pour imposer un premier, puis un deuxième album pop-rock, qui correspond à ce qu'elle veut alors faire. "J'ai dû dire que non, je ne voulais pas faire de musique dance, que moi je jouais de la guitare. J'étais fan d'Alanis Morissette et d'Avril Lavigne", raconte-t-elle. "Pendant quelques années, j'ai exploré ça. Ensuite, j'ai grandi et j'ai eu envie d'aller vers d'autres univers, tout simplement."

"Je n'ai jamais voulu me cantonner à une seule forme d'art"

La chanteuse devient indépendante, disparaît un peu des radars médiatiques, mais ne s'arrête pas pour autant. "J'ai un peu une deuxième carrière qu'on l'on connaît pas trop dans l'art contemporain", explique-t-elle. "J'ai été appelée à faire pas mal de collaborations avec des artistes. Notamment un, qui m'a amené dans une aventure de cabaret de freak show, et un autre qui m'a demandé de créer une bande son à base d'un livre d'art. Et donc j'ai fait pas mal de festivals d'art, aussi."

Emma Daumas explore donc différents domaines, elle qui n'a jamais voulu n'être que chanteuse. "Je me sens profondément artiste et je pense que c'est ça l'essence d'un artiste : explorer la matière, explorer les formes", estime-t-elle. "Je n'ai jamais voulu me cantonner à un seul style ou une seule forme d'art". Elle explique également que les performances scéniques et l'improvisation lui ont permis de se libérer. Et revient désormais à la chanson avec son album L'art des naufrages, dont elle a déjà sorti un extrait, Les jeunes filles en fleur.

"On me parle tout le temps de la Star Académy et c'est normal"

Pour autant, Emma Daumas ne s'agace pas qu'on la ramène encore aujourd'hui à sa participation à la Star Académy. "On m'en parle tout le temps et c'est normal", assure-t-elle. "On ne peut pas faire impasse sur ce qui a été un phénomène de société énorme. En plus on m'a découvert avec la saison 2, donc c'était vraiment les tout débuts."

L'artiste a d'ailleurs puisé dans cette expérience pour son roman Supernova. "Un éditeur m'a lancé sur ce sujet-là. Il ne voulait pas que je témoigne de ce que j'avais vécu, mais que je parle de ces mécanismes, de ses ressorts, de ce qui se passe dans la tête d'une adolescente qui va là-dedans, de comment elle se prend la réalité derrière le fantasme', précise-t-elle. "J'ai essayé de décrypter tout ça, parce que je pense qu'effectivement, c'est quelque chose de fort qui parle beaucoup de ce besoin d'amour et de reconnaissance."

Elle ne cache pas pour autant que l'expérience a été difficile. Elle estime d'ailleurs que les jeunes d'aujourd'hui s'en sorte mieux. "À mon époque, il n'avait pas les réseaux sociaux, on n'avait pas l'habitude de créer son avatar", rappelle-t-elle. "Aujourd'hui, les jeunes ont tous leur avatar sur les réseaux. N'importe qui a une image publique . C'est vrai que nous étions beaucoup plus brut de décoffrage."

Europe 1
Par Alexis Patri