Comment Carla Bruni a échappé à la sécurité présidentielle à New York

  • A
  • A
Carla Bruni
Sur Europe 1, Carla Bruni raconte ce moment où elle parvenue à courir seule sur Madison Avenue. © Europe 1
Partagez sur :
Alors qu'elle accompagnait son mari, Nicolas Sarkozy, en déplacement à New York pendant son mandat de Président, Carla Bruni a déjoué la surveillance du "Secret service" américain en pleine nuit. L'ex-Première dame raconte ce moment sur Europe 1, dimanche.
INTERVIEW

Faire le mur, version présidentielle : pendant qu'elle accompagnait son époux, Nicolas Sarkozy, lors d'un déplacement à New York, Carla Bruni a réussi à s'échapper de l'hôtel où le couple présidentiel séjournait, il y a plus de dix ans. Au micro d'Europe 1, dimanche, elle décrit cette escapade nocturne embarrassante pour la sécurité attribuée au chef d'État français et son épouse.

"C'était la nuit, mon homme s'était endormi tranquille", raconte l'ancienne Première dame à propos de ce moment qui s'est déroulé à l'hôtel Carlyle de New York, dans le quartier très huppé de l'Upper East Side. "Il avait beaucoup de choses à faire la journée. Je ne sais pas où étaient passés les hommes du Secret service. Il y en avait cinq d'habitude sur le palier de la chambre d'hôtel et là, il n'y avait personne", s'étonne toujours l'épouse de Nicolas Sarkozy, jugé depuis cette semaine pour "corruption" et "trafic d'influence" dans l'affaire des "écoutes".

"C'était mon jour de chance"

"J'ai pris l'ascenseur et je suis descendue. Dans le hall, il n'y avait personne, alors qu'il y avait d'habitude vingt mecs avec des oreillettes. Devant l'hôtel, il n'y avait personne. J'en ai déduit que c'était mon jour de chance." La chanteuse en a alors profité pour courir sur Madison Avenue, comme elle le confiait récemment à Paris Match (média du groupe Lagardère, comme Europe 1). "J'avais à nouveau 14 ans !"

Le retour à l'hôtel a occasionné une scène cocasse autour de l'ex-mannequin. "Les hommes du Secret service étaient là quand je suis rentrée. Et quand ils m'ont vu sortir de l'ascenseur, ça a été un grand moment de désarroi", s'amuse-t-elle aujourd'hui au micro d'Isabelle Morizet.