Comment Adeline Dieudonné a réécrit son roman après l'avoir testé sur scène

, modifié à
  • A
  • A
Adeline Dieudonné 1:46
Adeline Dieudonné publie "Kérozène" © Europe 1
Partagez sur :
La romancière Adeline Dieudonné présente jeudi dans l'émission "Ça fait du bien" son deuxième roman, intitulé "Kérosène". L'autrice belge, fan des humoristes bruxellois, explique comment elle a utilisé, en septembre et octobre dernier, les scènes ouvertes pour tester son texte et peaufiner son nouveau livre.
INTERVIEW

C'est un processus d'écriture jamais vu. La romancière belge Adeline Dieudonné a testé sur scène des passages de son deuxième et nouveau livre, intitulé Kérosène, dont les multiples histoires se déroulent dans une station-service ardennaise, une nuit d'été. Invitée de l'émission Ça fait du bien, l'autrice explique jeudi au micro d'Anne Roumanoff pourquoi elle a fait ce choix surprenant, et comment il a modifié son écriture. Elle s'est rendue dans une scène ouverte, une pépinière pour futurs spectacles dont elle est friande. "Chez nous en Belgique, les salles ont pu rouvrir un tout petit peu en septembre-octobre, mais à jauge ultra réduite", se souvient Adeline Dieudonné.

Et sa lecture des versions provisoires de ses textes se prêtait particulièrement bien aux restrictions sanitaires. "Ce qui était compliqué, c'était d'avoir des spectacles rentables. Parce que l'on ne peut pas mettre tout un décor et plein de comédiens sur scène quand il n'y a que la moitié des spectateurs dans la salle", précise Adeline Dieudonné. "Évidemment, mes lectures ne coûtent rien : je viens juste sur scène avec mes petits textes."

"Il y a des scènes de suspens que je n'avais pas anticipées"

"Ce qui est frustrant, c'est qu'en tant que romancière je ne vois pas les gens au moment où ils lisent mon livre", regrette l'autrice, qui a trouvé là une solution originale à son problème. "Je trouve fabuleux de voir les réactions du public", explique Adeline Dieudonné, qui estime avoir eu "la chance" de pouvoir "tester un petit peu" ses textes devant un public. Et ce dispositif, habituel pour un humoriste mais surprenant pour un romancier, lui a permis de retoucher son texte.

"J'ai réécrit en fonction de la réaction du public", confirme-t-elle, avant de donner des exemples très concrets. "Il y a par exemple des scènes de suspense que je n'avais pas anticipées. Je n'avais pas compris que c'était aussi flippant, je l'ai compris en voyant les gens réagir dans la salle." Elle a donc réécrit ces passages pour approfondir le suspense. Et ses lectures l'ont également aidée sur les passages comiques du livre. "Sur scène, on voit tout de suite les choses qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas", observe-t-elle. "Au final, je m'inspire beaucoup des humoristes."

Europe 1
Par Alexis Patri