Avec "Scandale", Hollywood s'attaque au harcèlement sexuel dans les médias

  • A
  • A
Le film "Scandale" sort mercredi au cinéma en France
Le film "Scandale" sort mercredi au cinéma en France © Metropolitan Filmexport
Partagez sur :
Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie : voici l’affiche prestigieuse du film "Scandale" réalisé par Jay Roach (à qui l’on doit le brillant "Dalton Trumbo" en 2015) au cinéma depuis le 22 janvier. Un film, dont Europe 1 est partenaire, qui aborde le harcèlement sexuel subi par une journaliste de Fox News.

Inspiré d’un scandale à l’origine d’un véritable séisme aux Etats-Unis, "Scandale", en salles depuis le 22 janvier, raconte l’histoire explosive des femmes qui ont provoqué la chute de l’homme qui a contribué à fonder Fox News, l’empire médiatique le plus puissant et le plus controversé de tous les temps. Le film, dont Europe 1 est partenaire, dessine le portrait de trois femmes très différentes dont la détermination va permettre de riposter aux abus d’un pouvoir tout-puissant.

C’est Gretchen Carlson (interprétée par l’actrice oscarisée Nicole Kidman), l’ancienne co-animatrice de l’influente émission matinale "Fox & Friends", qui a mis le feu aux poudres à l’été 2016. Lorsque la jeune femme, récemment congédiée, a attaqué en justice Roger Ailes (interprété à l’écran par l’immense acteur John Lithgow), le fondateur de Fox News, pour harcèlement sexuel, tout le monde s’attendait à ce qu’elle soit broyée. Pourtant, bien loin de cette défaite annoncée, les événements qui suivront vont trouver un écho surpuissant partout dans le monde.

La chute de Roger Ailes, fondateur de Fox News

En 16 jours de folie, Roger Ailes a connu l’une des chutes les plus vertigineuses de l’Histoire. Car même cet homme, membre de l’élite, puissant parmi les puissants, n’a pu survivre à la détermination de nombreuses femmes qui ont fait front en révélant chacune sa propre histoire – et parmi elles, la correspondante superstar de Fox News, Megyn Kelly (interprétée par Charlize Theron).

Le réalisateur Jay Roach (couronné aux Emmy Awards pour "Game Change" qui lui a valu le Primetime Emmy du meilleur réalisateur pour une minisérie ou un téléfilm dramatique en 2012), le scénariste Charles Randolph (Oscar du meilleur scénario d’adaptation en 2016 pour "The Big Short : le casse du siècle") et Charlize Theron (Oscar de la meilleure actrice 2004 pour "Monster") ont souhaité créer un film qui, tout en ayant conscience que nous vivons dans un monde divisé, ne laisse jamais la politique éclipser son véritable sujet.

"Ce film parle de violation des droits des personnes, et ce n’est pas être partisan que de dénoncer cela", précise Charlize Theron. "Nous devrions tous être libres d’agir selon nos convictions et de faire notre travail dans un environnement sûr. Personne ne devrait jamais craindre de se voir interdire ce à quoi il aspire le plus parce qu’il ou elle ose révéler la vérité sur un puissant. Ça ne devrait jamais arriver. À personne." 

Charlize Theron, interprète mais aussi productrice du film

L’engagement de Charlize Theron, à la fois devant mais aussi derrière la caméra puisqu’elle est également productrice du film, a permis à la production de démarrer rapidement. Le scénariste Charles Randolph explique : "Charlize a réellement été la force créatrice profonde de "Scandale". Elle a joué un rôle essentiel dans l’éclosion de cette histoire sur grand écran. Et même si elle livre une performance d’actrice remarquable, elle a aussi été une productrice très efficace, très investie, qui nous a fourni des notes sur chaque scène."

Charlize Theron précise : "Rejoindre ce projet en tant que productrice était pour moi une évidence. Le scénario de Charles était tout simplement spectaculaire. Je trouve particulièrement émouvant que ce soit un homme qui ait écrit cette histoire, parce que cela prouve que c’est un sujet qui parle à tout le monde."

Bien avant d’arriver sur le plateau, l’actrice a commencé à entrer dans la peau de Megyn Kelly, écoutant même des enregistrements au volant de sa voiture. Elle a étudié d’interminables interviews et a travaillé inlassablement avec un coach dialogues. Elle explique : "Je voulais mener toutes les recherches, tout le travail sur la voix, réfléchir à tout et l’intégrer, pour pouvoir ensuite tout oublier et simplement être Megyn dans l’instant présent." 

L’engagement de Nicole Kidman

Comme Charlize Theron, Nicole Kidman a rejoint le projet avec de nombreuses idées et le désir profond de capturer l’essence de Gretchen Carlson, bien qu’elle n’ait pas eu l’occasion de la rencontrer en personne pour préparer son rôle, puisque l’accord de Carlson avec Fox News l’interdit.

Le réalisateur Jay Roach raconte : "Nicole avait des suggestions très précises, surtout en ce qui concerne Gretchen en tant que mère. Elle voulait des scènes montrant qu’elle avait une famille à nourrir et combien elle tenait aux siens. Nous avons aussi parlé de la difficulté pour Gretchen d’être seule au début de toute cette affaire, quand elle se demande si d’autres la rejoindront contre Ailes. Nicole a un instinct extraordinaire pour les histoires et elle savait exactement ce dont avait besoin ce personnage pour toucher le public."

Le scénario a été comme un aimant pour l’actrice. "Ce qui m’a intéressée, explique-t-elle, c’est que le script saisit un moment de l’Histoire qui a été le catalyseur d’un changement. Le récit a une force colossale et il est ancré dans un point de vue féminin. Le fait qu’il soit divertissant tout en étant percutant m’attirait énormément."