Les vidéos de l'humoriste Booder, "petit moment de détente d'Emmanuel Macron à l'Élysée"

, modifié à
  • A
  • A
Les vidéos postées sur Instagram par Booder pendant le confinement ont fait rire jusqu'à Emmanuel Macron 1:47
Les vidéos postées sur Instagram par Booder pendant le confinement ont fait rire jusqu'à Emmanuel Macron © Europe 1
Partagez sur :
Invité d'"Il n'y a pas qu'une vie dans la vie" sur Europe 1, l'humoriste Booder explique que les vidéos qu'il a postées sur Instagram pendant le premier confinement ont fait rire jusqu'à Emmanuel Macron. Dans ces pastilles, il se met en scène avec son fils qui lui explique ses leçons.
INTERVIEW

Un humour qui fait mouche jusqu'au plus haut sommet de l'État. Comme de nombreux humoristes, Booder a été très actif sur Instagram pendant le confinement. Des vidéos qui ont fait rire quelque 6 millions de Français, dont le président Emmanuel Macron. "Il a été photographié en train de regarder et rire à une de mes vidéos", indique-t-il au micro d'Isabelle Morizet. Et il faut croire que le sentiment du chef de l'État n'était pas feint, puisque Booder à même reçu un message de sa part. "Il m'a écrit en me disant qu'il suivait de très près mes vidéos, que c'était son petit exutoire, son petit moment de détente à l'Élysée."

Une fausse classe...

Un message qui a fait "énormément plaisir" à Booder et a rendu fier son fils, protagoniste principal de ces pastilles humoristiques. Car dans ces vidéos, l'humoriste se met en scène en train de faire classe à son fils de 9 ans, une idée "née du premier confinement". Alors que les écoles étaient fermées, de nombreux Français ont joué les instituteurs, dont Booder. Plein de bonne volonté, il a donc décidé de faire les devoirs avec son enfant chaque matin. "On faisait comme si on était à l'école."

... où le fils fait la leçon à son père

Mais dès le premier jour, une difficulté s'impose. "Il fallait expliquer ce qu'est un déterminant, mais c'est hyper compliqué. Il est en CE2 et ça remonte à tellement loin pour moi..." Face à l'adversité, Booder "part en impro", déclenchant les rires de son fils. Le concept était né : "je lui ai dit 'tiens, on devrait faire tous les jours de faux devoirs et c'est toi qui me les explique.' Je trouvais l'angle pédagogique et je voulais voir s'il comprenait vraiment ses leçons."

Europe 1
Par Ugo Pascolo