ARCHIVES - Quand Jean-Pierre Bacri disait être "devenu acteur complètement par hasard"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Pierre Bacri
Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans (Illustration) © Europe 1
Partagez sur :
L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort ce lundi des suites d'un cancer, à l'âge de 69 ans. En octobre 2017, alors à l'affiche du film "Le Sens de la fête", il avait accordé un entretien à Europe 1, dans lequel il expliquait qu'à ses débuts, sa vocation première n'était pas forcément de devenir acteur.
ARCHIVES

Jean-Pierre Bacri, figure incontournable du cinéma français, est mort ce lundi 18 janvier à l'âge de 69 ans, des suites d'un cancer. Le 1er octobre 2017, alors à l'affiche du film Le Sens de la fête, l'acteur avait accordé une interview à Europe 1, dans laquelle il assurait que rien ne le prédestinait à l'époque à faire ce métier. "Je n'avais pas d'appel ni de vocation", avait-t-il confié dans l'émission Un dimanche de cinéma.

L'attirance pour les femmes à l'origine de son choix

"Je suis devenu acteur complètement par combine, par hasard", se rappelait-t-il. A 25 ans, il avait en effet rejoint un cours d'art dramatique avec un objectif assez précis en tête, et pas forcément celui de devenir acteur : "On a envie de se taper plein de filles quand on est jeune et dans un cours d’art dramatique vous ne pouvez pas trouver mieux parce qu’il n’y a que ça."

Finalement, Jean-Pierre Bacri n'y avait pas rencontré que des filles. "On connaît plein de gens, on se fait des copains. Mes meilleurs amis sont des gens que j'ai rencontrés aux cours d'art dramatique, comme Grégoire Oestermann", confiait-t-il. "C'est une aventure que j'ai vécue qui a fait que je suis devenu acteur".

"Je voulais être prof de Français" 

Mais plus jeune, Jean-Pierre Bacri se voyait exercer une toute autre profession : "Je voulais être prof de français et je veux toujours. J’aime ce métier." Mais, comme il le racontait alors, il avait réussi à trouver un lien entre les deux professions : "Le cours d’art dramatique m’a donné l’amour des grands textes. J’avais lu quatre bouquins et j’ai tout découvert en même temps, Shakespeare, Molière…" "C'est pour ça que je continue à vouloir être prof de français", disait-il en souriant. Au regard de sa carrière, il a finalement fait le bon choix.