A Kigali, l'avant-première rwandaise de "Petit Pays" enchante les spectateurs

  • A
  • A
Petit Pays 1:52
Isabelle Kabano (troisième en partant de la gauche) avec l'équipe du film "Petit Pays" et l'auteur Gaël Faye. © SIMON WOHLFAHRT / AFP
Partagez sur :
Le film "Petit Pays", adapté du roman à succès de Gaël Faye et dont Europe 1 est partenaire, a été présenté samedi en avant-première à Kigali, capitale du Rwanda. Les spectateurs ont notamment salué la performance d'Isabelle Kabano, "égérie du cinéma rwandais", qui interprète Yvonne, la mère du héros.

La projection était très attendue, et les spectateurs rwandais n'ont pas été déçus. Le film Petit Pays, du réalisateur français Eric Barbier, adapté du best-seller de Gaël Faye et dont Europe 1 est partenaire, a été présenté samedi à Kigali, où s’est déroulé le tournage. Une performance a particulièrement retenu l’attention : celle d’Isabelle Kabano (troisième en partant de la gauche sur la photo), l’actrice rwandaise qui joue la mère de Gaby, le héros de l’histoire. Son parcours résonne avec celui de son personnage. Elle aussi a perdu des membres de sa famille pendant le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994.

"Je me demandais si j'en sortirais indemne"

"Quand on m’a annoncé que je jouerais ce rôle, j’ai eu une grosse peur. Je me demandais si je serais juste, si je serais à la hauteur, si j’en sortirais indemne", raconte l'actrice au micro d’Europe 1. Au cinéma du centre-ville, l’écrivain Gaël Faye retrouve avec émotion celle qui interprète à l’écran l’héroïne de son livre. "Isabelle porte le film. Le rôle d’Yvonne, c’était le plus difficile à tenir, celui où il y a le plus de changements", explique-t-il.

Dès le début de la projection, debout devant le public, l’actrice retient ses larmes. Ses proches l’acclament. "On est super fière d’elle, c’est une égérie du cinéma rwandais. C’est notre Isabelle Adjani, notre Catherine Deneuve", assure l’un d’eux. Au générique de fin, Isabelle Kabano est assaillie par les spectateurs lui réclamant des photos. Son interprétation poignante des conséquences du génocide a marqué les esprits.

Europe 1
Par Margot Chevance, édité par Laetitia Drevet