Coupe du monde : liesse rouge et blanche en Croatie

, modifié à
  • A
  • A
Malgré leur défaite en finale de la Coupe du monde, les joueurs croates ont été accueillis dans une immense liesse populaire à Zagreb.
Malgré leur défaite en finale de la Coupe du monde, les joueurs croates ont été accueillis dans une immense liesse populaire à Zagreb. © Andrej ISAKOVIC / AFP
Partagez sur :
Plus de 300.000 personnes se sont massées entre l'aéroport et le centre-ville de Zagreb, lundi, pour accueillir les héros malheureux de la finale de la Coupe du monde. Jamais les Zagrebois n'avaient connu un tel rassemblement.

Un rassemblement historique et une ville en rouge et blanc : en liesse, Zagreb accueille lundi en héros ses "Vatreni" vice-champions du monde, battus en finale de la Coupe du monde par la France (4-2). Selon la police, plus de 300.000 personnes se sont massées entre l'aéroport et le centre ville. Du jamais vu en Croatie.

L'avion des joueurs escorté par l'armée de l'air. "Levez-les mains ! Croatie !", lance un animateur à la foule tandis que l'avion des joueurs, escorté depuis l'entrée dans l'espace aérien croate de deux Mig-21 de l'armée de l'air, survole peu après 15h la place Jelacic et ses alentours. "Joue ma Croatie ! Quand je te vois mon cœur s'enflamme !", "Que les cœurs flamboyants battent plus fort !", chante la foule, drapeaux au vent, maillots à damier rouge et blanc au dos. Elle crie quand elle voit sur les écrans l'avion roulant doucement sur le tarmac, son fuselage marqué d'un "Bravo Vatreni !" ('Flamboyants', le surnom de la sélection), passant doucement sous un arc d'eau lancé par les pompiers de l'aéroport Franjo-Tudjman.

Et elle exulte quand le capitaine de la sélection apparaît en haut de la passerelle. "Luka...", crie l'animateur. "Modric !", répond la place Jelacic. "Mario"... "Mandzukic !", "Dejan"... "Lovren !". Près de quatre heures plus tard, le bus entre enfin en ville et n'est toujours pas arrivé à destination, se frayant difficilement un passage dans la foule.

Un invité décrié. Toutefois, un invité des joueurs dans leur bus risque de faire grincer quelques dents, notamment chez les voisins des Croates : le chanteur ultranationaliste Thompson, de son vrai nom Marko Perkovic, accusé d'être un sympathisant du régime oustachi pronazi durant la Seconde guerre mondiale.

Malgré l'annonce d'une arrivée différée, les supporteurs avaient afflué très tôt dans le centre. Beaucoup ont patienté plusieurs heures, malgré la chaleur et le soleil au lendemain d'une journée qui fut longtemps pluvieuse. Jamais les Zagrebois n'ont vécu tel rassemblement, même lors d'une immense manifestation anti-Tudjman en 1996 ou du retour du général Ante Gotovina, acquitté par le Tribunal pénal international de La Haye en 2012 et considéré par les Croates comme un héros de la guerre d'indépendance contre les forces serbes (1991-95).