Coupe du Monde : comment fait-on pour s’enflammer en commentant du foot à la radio ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
VIDÉO - Evidemment, il n'y a pas d'images... Mais les journalistes qui commentent les matches de la Coupe du monde sur Europe 1 ont des techniques pour vous faire vibrer. Bienvenue dans les coulisses de votre radio !
VIDÉO

Vous les entendez toute l'année avec la Ligue 1 ou sur les grandes affiches de la Ligue des champions. Les journalistes qui commentent les matches de football sur Europe 1 sont sur le pied de guerre depuis le début de la Coupe du monde pour exercer cet art qu'ils maîtrisent à merveille : faire vivre en direct ce qui se passe sur le terrain à des auditeurs qui, par définition, ne voient rien ! Pour faire vibrer à l'autre bout du poste, "il n’y a aucune technique. Moi, je suis passionné, c’est naturel, ça vient tout seul, ça te prend, ça sort tout seul. Et c’est juste génial, c’est un kif total ! Ça ne s’apprend pas, ça se vit. Mais je me suis bien amélioré depuis mes treize années à Europe 1", confie Cyrille de la Morinerie, journaliste au service des sports.

Derrière l'équipe de France mais pas seulement... Quand la Marseillaise retentit dans un stade, l'émotion est évidemment à son comble pour les auditeurs et pour les journalistes, ne nous voilons pas la face. Mais pas question d'être simplement chauvin. "C’est mon pays, mon équipe. Donc je vibre avec eux, je les adore ces joueurs de l’équipe de France. Maintenant attention : s’il y a une grosse faute de Paul Pogba, je vais quand même dire que (excusez-moi) il a 'déconné'", explique encore Cyrille de la Morinerie.

Il faut de la voix et... de bonnes lunettes ! Pour devenir un expert du commentaire sportif, il faut donc maîtriser parfaitement l'actu du football, être incollable sur les joueurs. Et avoir de bonnes lunettes. "Un jour, j’étais au 15e étage du Stade Bollaert et je n’y voyais rien. A chaque fois, Denis Brogniart qui présentait à l’époque l’émission, me lance : 'Cyrille, qui a marqué ?' et je ne pouvais pas dire le nom du buteur parce que je confondais tous les joueurs. C’est à partir de ce moment-là que je me suis aperçu que j’étais myope ! Et depuis, je porte des lunettes !", s'amuse le journaliste. Pour la Coupe du monde, éteignez votre télé et allumez votre radio !

Montage vidéo : Julie Aime