Coupe du monde 2018 : "un écran géant dans un parc, cela met de l’ambiance !"

  • A
  • A
Une fan zone en 2016 pendant l'Euro en France.
Une fan zone en 2016 pendant l'Euro en France. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
En raison de la menace terroriste, le ministère de l'Intérieur a annoncé qu'il n'y aurait pas de retransmission des matches du Mondial sur grands écrans sur la voie publique.
REPORTAGE

La Coupe du monde, c'est pour très bientôt ! Avec l’interdiction de retransmettre les matches sur la voie publique, les communes ont dû s’organiser pour diffuser la compétition. A Noisy-le-Grand, en banlieue parisienne, c’est la dernière ligne droite.

"8 à 10 caméras sur le site". Dans cet élégant jardin, une centaine de drapeaux et plus d’un kilomètre de fanions suspendus aux arbres. L’écran géant est installé au dernier moment. José, le coordinateur, s’attend à dépasser les 70.000 supporters venus suivre l’Euro en 2016.  Forcément, le budget sécurité doit suivre : 12.500 euros pour 33 matches diffusés. "Sur un site fermé, je n’aurai jamais pris d’agent de sécurité pour fouiller tout le monde. Là, c’est quatre agents par jour. Il y a aussi une dizaine de policiers municipaux sur les parties extérieures et 8 à 10 caméras sur le site".

Un calendrier des matches distribué dans les boites aux lettres. Un casse-tête d’organisation, mais la maire de Noisy-le-Grand, Brigitte Marsigny, sait qu’elle va attirer des habitants de toute la région, venus de communes qui n’ont pas les moyens d’un tel dispositif. "Dans son canapé avec le popcorn, ce n’est pas tout à fait la même chose… Comme on n’a pas le droit de mettre des écrans dans la rue, cela permet de regrouper tout le monde au même endroit, d’avoir des échanges, et puis cela met de l’ambiance !"

Et pour garantir cette ambiance, la mairie n’a rien laissé de côté : des affiches ont été collées un peu partout dans la ville, et un calendrier des matches a été distribué dans les boites aux lettres pour que chaque habitant puisse venir suivre les retransmissions.

Europe 1
Par Clara Garnier-Amouroux