Coupe du monde : le Brésil s’en sort face au Costa Rica dans le temps supplémentaire

, modifié à
  • A
  • A
Philippe Coutinho, buteur face au Costa Rica (1280x640)
Philippe Coutinho et Neymar ont été les deux buteurs brésiliens, vendredi. © CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :
Longtemps tenu en échec par le Costa Rica, le Brésil s’en est sorti grâce à des buts de Philippe Coutinho et de Neymar dans le temps supplémentaire (2-0).
LE RÉSUMÉ DU MATCH

Le Brésil a encore une fois douté. Tenu en échec lors de son entrée en lice par la Suisse (1-1), le favori n°1 de la Coupe du monde a cette fois attendu les derniers instants pour battre le Costa Rica, vendredi, à Saint-Pétersbourg (2-0). Après avoir longtemps buté sur Keylor Navas, la Seleçao a forcé la décision grâce à un pointu de Philippe Coutinho, opportuniste sur une remise de Gabriel Jesus dans la surface (90e+1). Puis, tout au bout du temps supplémentaire, c'est Neymar, malheureux jusque-là, qui a donné un peu plus d'ampleur au score (2-0, 90e+7). Grâce à ce succès, le Brésil compte désormais quatre points et fait un pas vers les huitièmes de finale, en attendant le deuxième match du jour dans ce groupe E entre la Serbie et la Suisse, prévu vendredi soir à Kaliningrad.

Penalty accordé puis refusé à Neymar. Pour ce deuxième match, le sélectionneur du Brésil Tite avait décidé de faire confiance aux mêmes onze joueurs, et parmi eux, bien sûr, à Neymar. Mais c'est Philippe Coutinho, déjà buteur face à la Suisse, qui se mit le premier en évidence, sa frappe passant au-dessus (4e). Partie sur de bonnes bases, la Seleçao eut ensuite plus de difficulté à mettre à contribution le gardien Keylor Navas, point fort d'une équipe du Costa Rica regroupée en défense, mais qui passa néanmoins tout près de l'ouverture du score, sur une tir de Celso Borges de peu à côté (13e). Pendant longtemps au ralenti, le Brésil, qui se vit logiquement refuser un but (Gabriel Jesus, 26e), passa la seconde en deuxième période, multipliant les situations, avec un Neymar plus tranchant. Le n°10 brésilien manqua le cadre de peu (72e) puis manqua l'occasion (de peu) aussi d'obtenir un penalty, son plongeon après l'intervention du bras de Giancarlo Gonzalez ayant d'abord convaincu l'arbitre Björn Kuipers, avant que celui-ci ne revienne sur sa décision après visionnage des images (79e).

Neymar en pleurs à la fin du match. Il restait alors un peu plus de dix minutes à jouer. Et même bien plus car l'arbitre accorda logiquement six minutes de temps supplémentaires. Et c'est lors de la première d'entre elles que la Seleçao trouva enfin la faille, non pas par Neymar mais par Coutinho, qui mit le cuir entre les jambes de Kelor Navas. Puis, dans le temps additionnel du temps additionnel (90e+7), Neymar conjura le sort sur un centre de Douglas Costa, auteur d'une une entrée tranchante. Tendu tout au long de la rencontre, distributeur d'invectives envers l'arbitre et ses adversaires, Neymar relâcha ensuite la pression de manière spectaculaire après le coup de sifflet final, la star de la Seleçao éclatant littéralement en sanglots. Déjà l'une des images de ce Mondial.