Platini : une suspension, des questions

  • A
  • A
Platini : une suspension, des questions
La commission d'éthique de la Fifa n'a pas écarté de facto la candidature de Michel Platini. Mais lui a porté un coup de plus. @ NIKOLAY DOYCHINOV / AFP
Partagez sur :

L’actuel président de l’UEFA, candidat proclamé à la tête de la Fifa, a été suspendu 90 jours par l’instance internationale. Mais sa candidature, compromise, n’est pas exclue pour autant.

La Fifa a décidé de frapper fort. La toute-puissante fédération internationale de football a décidé jeudi, via sa commission d’éthique, de suspendre notamment Sepp Blatter, son président démissionnaire, et Michel Platini, vice-président et dirigeant de l’UEFA, pendant au moins 90 jours. Le tout à trois semaines de la date limite du dépôt des candidatures à la présidence de la Fifa, que brigue l’ancien champion français. Mais cette suspension ne met pas forcément fin aux espoirs de l’ancienne star du ballon rond. Explications.

  • Quelle est la sanction à l’encontre de Michel Platini ?

Selon le communiqué officiel de la Fifa, le comité d’éthique "a provisoirement suspendu (…) le président de l’UEFA et vice-président de la Fifa Michel Platini (…) pour une durée de 90 jours". Interdiction leur est donc faite de pratiquer toute activité liée au football au niveau national et international. Et ce pour une durée de 90 jours minimum, car selon le même communiqué, "la durée de cette suspension pourra être prolongée d’une période additionnelle n’excédant pas 45 jours". Au total, Michel Platini pourrait donc être suspendu pendant quatre mois et demi par la Fifa. Soit jusqu’aux environs du 20 février 2016. Alors même que le congrès extraordinaire de l’instance, qui doit aboutir à l’élection de son nouveau président, doit se tenir le 26 février.

  • Michel Platini peut-il encore se présenter ?

A cette question, la commission d'éthique de la Fifa a décidé de ne pas répondre. "Cette question n'est pas pour le comité d'éthique mais pour la commission électorale de la Fifa, qui sera chargée d'en étudier la validité", a assuré son porte-parole Andreas Bantel. La candidature de Michel Platini n’est donc pas de facto écartée, mais elle a, incontestablement, du plomb dans l’aile. D’abord parce qu’à la date limite de dépôt des candidatures, fixée au 26 octobre, Michel Platini sera toujours suspendu. Il peut certes faire appel, mais cet appel ne serait pas suspensif. La commission électorale devra donc faire savoir si une personne suspendue peut déposer une candidature. Pas évident.

Favori de l’élection, l’ancien footballeur avait déjà vu sa cote s’effondrer à la divulgation d’une enquête ouverte par la justice suisse sur une importante somme d’argent (1,8 million d’euros) qu’il avait reçu en 2011 des mais de Sepp Blatter en personne. La justice enquête sur la légalité de cette transaction, et Michel Platini a d’ailleurs été entendu dans ce cadre. Et c’est sur cette base que la commission d’éthique a décidé de frapper. Bien décidé, à l’entendre, à débarrasser la Fifa de sa sulfureuse image, le Français, ainsi sanctionné, aura bien du mal à convaincre.

  • Comment Michel Platini a-t-il réagi ?

Fait rare, il a réagi avant même l’annonce officielle de sa suspension. Il faut dire que l’information avait largement fuité dans les médias. Et cela ne lui avait pas fait plaisir. Dans un communiqué, il avait dénoncé une fuite "insidieuse dans sa nature et inacceptable dans son procédé", et souligné sa "disposition à collaborer dans le respect des règles de procédure les plus strictes". Tout en glissant: "la Fifa les a quant à elle clairement bafouées".

Après l'annonce officielle de sa suspension, Michel Platini indiqué qu'il allait faire appel. L'ancien stratège des Bleus rejette "dans leur intégralité les allégations" qui lui valent une suspension de 90 jours, qu'il qualifie de "farce". Dénonçant le "libellé" de sa suspension indiquant "qu'un manquement au code d'éthique de la Fifa 'semble avoir été commis'", Platini répète qu'il va se consacrer "à faire triompher (s)a bonne foi" et "à faire valoir (s)on bon droit devant les juridictions compétentes".

Quant à sa candidature, il y croit encore. "J’ai adressé" jeudi matin "les lettres de soutien requises pour pouvoir déposer (s)a candidature". Reste à savoir si la commission électorale le lui permettra.

  • Qui sont les autres personnes sanctionnées, et pour quelles conséquences ?

Outre Michel Platini, Sepp Blatter et son ancien bras droit Jérôme Vackle ont été suspendus pour la même durée de 902 jours. Mais pour ce dernier, cela ne changera pas grand-chose, puisque l’ex-secrétaire général de la Fifa avait été démis de ses fonctions à la mi-septembre. Mais la sanction la plus lourde a été adressée à Chung Mong-joon, ex-vice président de la Fifa, puisque ce Sud-Coréen accusé d’avoir voulu favoriser la candidature de son pays pour le Mondial 2022 –finalement remporté par le Qatar, est suspendu pour six ans, avec en sus une amende de 100.000 francs suisse (91.000 euros). Or, l’homme était lui aussi un candidat, sérieux, à la présidence de la Fifa. Et sa candidature est désormais impossible. Si Michel Platini pouvait finalement se présenter, le train de sanctions prononcé par la Fifa jeudi pourrait (presque) devenir une bonne nouvelle.