Affaire Laporte : perquisition mardi matin au siège de la Fédération française de rugby

  • A
  • A
Affaire Laporte : perquisition mardi matin au siège de la Fédération française de rugby
Bernard Laporte est dans le collimateur de la justice. @ Glyn KIRK / AFP
Partagez sur :

Une perquisition a été menée mardi matin par la police au Centre national du rugby à Marcoussis, révèle L'Equipe. Une information confirmée par Europe 1.

Mardi matin, une perquisition a été menée au siège de la Fédération française de rugby, à Marcoussis, dans l'Essonne, révèle le journal L'Equipe. L'information a été confirmée par le service police-justice d'Europe 1. L'opération, menée par les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la PJ parisienne, est toujours en cours. Des bureaux ont d'ores et déjà été mis sous scellés, a appris Europe 1 de source interne.

Deux perquisitions en cours. Cette perquisition fait suite au signalement du ministère de la Jeunesse et des Sports, dans le cadre de l'affaire Bernard Laporte, précise Europe 1. Début décembre, le ministère avait annoncé avoir transmis son rapport à la justice sur les pressions dont est soupçonné le président de la Fédération française de rugby (FFR) dans l'affaire des sanctions contre le club de Montpellier.

Une perquisition a également eu lieu mardi matin au domicile de Bernard Laporte, selon son avocat. "La perquisition est le passage obligé de toute enquête sans exception, cela n'induit rien de la suite des évènements", a commenté Me Jean-Pierre Versini-Campinchi.

Soupçonné, Benard Laporte clame son innocence. Les faits remontent au mois de juin : à l'époque, l'ancien sélectionneur du XV de France est fraîchement élu patron du rugby français. Il aurait alors fait pression sur des membres de la commission de discipline pour réduire une sanction contre le club de Montpellier, propriété de Mohed Altrad. Sauf que l'homme d'affaires a rémunéré Laporte à hauteur de 150.000 euros pour participer à quelques conférences chaque année, accréditant les soupçons de conflits d’intérêt et de collusion. Des soupçons dont Bernard Laporte s'est toujours défendu : "Je ne démissionnerai pas parce que je ne suis pas impliqué", avait-il déclaré sur Europe 1 à la mi-novembre.  

Les joueurs du XV de France sont regroupés au Centre national de rugby (CNR) de Marcoussis depuis lundi, afin de préparer le Tournoi des six nations.