Bernard Laporte : "Je ne démissionnerai pas, je ne suis pas impliqué"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Accusé de favoritisme pour le club de Montpellier et son président, Bernard Laporte attend avec "sérénité" la suite de l'enquête. 
INTERVIEW

Soupçonné de favoritisme envers le club de Montpellier, le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte attend avec "sérénité" le rapport de l'Inspection générale du ministère de la Jeunesse et des Sports. 

"Beaucoup de sérénité". "Aucune appréhension. Quand vous avez fait une erreur, vous tremblez comme on dit. Je n'ai fait aucune erreur, donc j'attends ça avec beaucoup de sérénité", assure le patron de la FFR. "Chacun fait son métier, les inspecteurs font le leur. Je sais ce que c'est, j'ai été secrétaire d'Etat aux Sports [de 2007 à 2009 sous Sarkozy, ndlr], donc je sais ce que c'est que l'Inspection générale". 

"Accusé, ce n'est pas coupable". S'il était reconnu qu'il est impliqué dans cette affaire, que fera Bernard Laporte ? "Je ne démissionnerai pas parce que je ne suis pas impliqué", répond-il simplement. "Donc je ne peux pas envisager les choses qui n'existent pas". "Accusé, ce n'est pas coupable", rappelle celui qui vient de décrocher l'organisation de la Coupe du monde 2023 en France