Mekhissi enlève le haut et perd l'or
Mahiedine Mekhissi-Benabbad a fêté son troisième titre de champion d'Europe torse nu ! © Capture Twitter

SANCTION - Le Français a perdu sa médaille d'or pour avoir enlevé son maillot avant l'arrivée.

Mahiedine Mekhissi-Benabbad, large vainqueur sur la piste de la finale du 3.000 m steeple, jeudi, lors des championnats d'Europe de Zurich, a été disqualifié pour avoir enlevé son maillot avant la ligne d'arrivée. Cette décision fait suite à une réclamation posée par la Fédération espagnole, qui avait placé deux athlètes aux 4e et 5e places.


"Décision du jury d'appel : Mahiedine Mekhissi-Benabbad est disqualifié de sa 1re place sur le 3.000 m steeple après la protestation espagnole."

Mekhissi-Benabbad achève sa course torse nu :

 

Carton jaune sur la piste. Sur la piste, Mekhissi-Benabbad n'avait été sanctionné que d'un carton jaune pour comportement anti-sportif. La réclamation espagnole, sans doute fondée sur un point de réglement qui oblige les athlètes à rendre visible leur dossard tout au long de la course ou sur le coté provocateur du geste du champion français, avait été rejetée une première fois avant d'être acceptée en appel. L'équipe de France a fait contre-appel de cette décision dans la foulée, sans succès. Un autre Français, Yoann Kowal, deuxième sur la piste, récupère donc la médaille d'or, devant le Polonais Krystian Zalewski (ex-3e) et l'Espagnol Angel Mullera, qui grimpe donc sur le podium à la faveur de la disqualification de Mekhissi.


"RÉSULTATS CONFIRMÉS. La contre-réclamation française a été rejetée. Yoann Kowal est champion d'Europe du 3.000 m steeple."

"Comme un footballeur." Interrogé au micro d'Europe 1 sur son geste, le fondeur tricolore a effectué un parallèle avec "un footballeur qui enlève son maillot quand il marque un but".

"On ne contrôle pas ses émotions", insiste Mekhissi-Benabbad :



Un peu plus tard dans la soirée, "MMB" a réagi avec stupeur à sa disqualification. "J'ai trop de respect pour mes adversaires et d'amour pour mon sport pour accepter de passer pour un anti-sportif", a-t-il écrit sur sa page Facebook. "Désolé je pensais simplement célébré ma victoire comme un joueur de foot, il n'y avait aucune arrogance envers mes adversaires et le public."

Une vengeance espagnole ? Pour trouver une explication à la réclamation de l'Espagne, il faut peut-être se souvenir de l'arrivée houleuse de "MMB" lors des derniers championnats d'Europe, à Helsinki, en 2012. A l'époque, Mekhissi-Benabbad, tout juste sacré une deuxième fois, s'en était pris à la mascotte de la compétition, avant de critiquer le comportement en course de l'Espagnol Victor Garcia. "Ils ont voulu m’attaquer, mais on ne m’attaque pas moi", avait-il lancé. Il (l'Espagnol Garcia) est tombé parce qu'il était "lactique" tout simplement."

Mekhissi bouscule une mascotte à Helsinki, en 2012 :



Un récidiviste des arrivées mouvementées. En juillet 2011, Mekhissi-Benabbad, athlète sanguin, avait été sanctionné par la Fédération française d'athlétisme de dix mois de suspension, dont cinq avec sursis, de meetings dans l'Hexagone, pour s'être battu avec son compatriote Mehdi Baala à l'arrivée d'un 1.500 m à Monaco.

Mekhissi et Baal en viennent aux mains :


Sûr que le "casier" de "MMB" n'a pas dû jouer en sa faveur au moment où les juges ont dû trancher, jeudi...