JO 2016 : Rio signe avec Airbnb pour assurer l'hébergement

  • A
  • A
JO 2016 : Rio signe avec Airbnb pour assurer l'hébergement
@ REUTERS
Partagez sur :

La ville brésilienne, organisatrice des prochains JO, s'est allié au site de locations entre particuliers pour garantir l'hébergement pendant les Jeux.

La ville de Rio de Janeiro a signé une grande première. Le comité organisateur des prochains JO s'est allié au site internet de locations saisonnières entre particuliers Airbnb pour garantir l'hébergement de milliers de touristes pendant les jeux Olympiques du 5 au 21 août 2016. La cité brésilienne a signé un contrat avec Airbnb, a indiqué une source du comité organisateur sous couvert de l'anonymat. L'annonce officielle devrait être faite vendredi et les détails du contrat précisés à cette occasion, a précisé cette source.

Préoccupations sur la capacité hôtelière de Rio. C'est la première fois qu'un événement olympique promeut la pratique de la location de logement particuliers, qui fait concurrence au secteur hôtelier traditionnel, avec lequel il a également des accords importants. Mais le CIO a exprimé ses préoccupations sur la capacité de la ville de Rio de garantir 40.000 chambres d'hôtel, dont beaucoup sont encore en construction, à moins de 500 jours des Jeux. Selon certains médias brésiliens, Airbnb aurait été en compétition avec deux autres entreprises pour fournir 20.000 chambres.

17 millions d'utilisateurs dans le monde. Airbnb, qui revendique 17 millions d'utilisateurs dans le monde, est assez populaire auprès des touristes brésiliens ou étrangers qui visitent Rio. En effet, louer un appartement ou une chambre chez l'habitant y revient en général moins cher que l'option hôtel. Surtout quand les prix flambent en périodes de grande affluence comme le Carnaval ou le Réveillon. Durant le Mondial 2014 ou la visite du pape François en 2013, la municipalité de Rio avait encouragé les habitants à hébergé les visiteurs, sans toutefois formaliser d'accord avec une quelconque entreprise intermédiaire.

>> LIRE AUSSI - Rio 2016 : "pire" préparation de l'histoire ?

>> LIRE AUSSI - Voici la mascotte pour les JO 2016