Lyon-Saint-Etienne : le top 5 des derbies au stade Gerland

  • A
  • A
Lyon-Saint-Etienne : le top 5 des derbies au stade Gerland
Dimitri Payet, ici face à Michel Bastos, avait inscrit le seul but du 100e derby, en septembre 2010.@ Philippe MERLE/AFP
Partagez sur :

VIDÉO - L'OL reçoit les Verts pour la dernière fois, dimanche soir, dans son stade de Gerland. Le prochain derby aura lieu dans la nouvelle enceinte de Décines.

Le stade de Gerland va accueillir dimanche soir dans le cadre de la 13e journée de Ligue 1 son 55e derby entre l'Olympique lyonnais et l'AS Saint-Etienne. Ce sera le 55e et dernier à se tenir dans l'enceinte du sud-ouest lyonnais puisque le club de Jean-Michel Aulas va déménager à partir de janvier 2016 dans une nouvelle enceinte, à Décines. Avant que de nouvelles histoires ne s'écrivent dans le stade de Lumières, retour en cinq derbies mémorables sur une intense rivalité.

28 octobre 1951 : OL-ASSE (4-2), le premier. Le premier derby à Gerland est aussi l'un des plus prolifiques en buts. L'OL s'impose 4-2 grâce notamment à un triplé de son attaquant Fritz Woehl. Seuls deux autres joueurs ont réussi cette performance depuis : Angel Rambert en 1963 et Fleury Di Nallo en 1971.

5 octobre 1969 : Ol-ASSE (1-7), l'humiliation. Quatre jours seulement après avoir éliminé le Bayern Munich de la Coupe d'Europe des clubs champions, Saint-Etienne se promène à Gerland. Résultat final : 7-1, la plus lourde défaite jamais concédée à Gerland par les Gones dans le derby. Pour faire bonne mesure, les Verts remporteront le match retour 6-0.

26 février 1993 : OL-ASSE (0-2), la bagarre. Un but de Gérald Passi et un de Sylvain Kastendeuch sur penalty permettent aux Verts de l'emporter à Gerland pour la première fois depuis février 1985. Mais, ce que l'on retient de ce derby, c'est également les violents incidents en tribunes, avec notamment la barrière écroulée par les ultras stéphanois. Depuis, les déplacements des ultras stéphanois sont particulièrement encadrés. Quand ceux-ci viennent...

Les CRS sont obligés d'intervenir contre les supporters stéphanois :

30 avril 2006 : OL-ASSE (4-0), la fête. Une semaine après avoir remporté le cinquième de ses sept titres consécutifs au Parc des Princes, l'Olympique lyonnais le fête à Gerland contre les Verts. Les cheveux teints en bleu et rouge, Fred, Juninho et Benoît Pedretti (le quatrième but a été marquée par David Hellebuyck contre son camp) font vivre un sale quart d'heure aux Verts, qui subissent une double peine : la défaite et la fête lyonnaise.

L'OL fête on cionquième titre en écrasant son voisin :

25 septembre 2010 : OL-ASSE (0-1), le centième. L'AS Saint-Etienne, qui n'a plus gagné à Gerland depuis 1993, profite du centième derby pour mettre fin à 17 ans de disette. Dimitri Payet, sur coup franc, donne la victoire aux Verts (75e). A l'issue de la rencontre, le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, vient calmer les supporters, mécontents du rendement de l'équipe de Claude Puel. C'est à ce moment-là qu'il sort la fameuse phrase avec la Playstation. "Eux, ils la jouent à la PlaySatation, la Champions League", lâche "JMA". Au match retour, un supporter stéphanois poussera la logique jusqu'à lui offrir une console...

Aulas appelle à la mobilisation et raille les Stéphanois :