JO 2016 : les sports collectifs, un bon filon pour la France ?

  • A
  • A
JO 2016 : les sports collectifs, un bon filon pour la France ?
Nikola Karabatic et l'équipe de France de handball viseront un troisième titre olympique consécutif à Rio. @ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

Avec neuf qualifiées sur quatorze possibles, les équipes de France pourraient ramener nombre de médailles de Rio, parfois du plus beau métal. 

Traditionnellement, les sports collectifs ne sont pas de grands pourvoyeurs de médailles olympiques pour la France. Dans toute l’histoire des JO modernes, depuis 1896 donc, les "sport co" n’ont apporté que 13 breloques, dont 5 seulement en or (dont le water polo en 1924 et le… rugby à 15 en 1900). Mais en 2016, cela pourrait changer. D’abord parce que les équipes de France seront présentes en nombre à Rio, avec 9 équipes qualifiées sur les 14 possibles (manquent à l’appel le foot masculin, le volley féminin, le water polo féminin et le hockey sur gazon). Ensuite parce que plusieurs d’entre elles font le voyage avec des ambitions solides. Certaines se contenteraient d’une médaille, mais d’autres vont au Brésil pour l’or, et pour rien d’autre. Revue d’effectif, de la plus grande chance à la plus faible.

1. Handball masculin

Disons-le tout net, l’équipe de France de handball masculin est tout simplement la meilleure de l’histoire de son sport. Depuis 2008, elle est sans conteste la formation à battre, et ses rivales y parviennent rarement. Son palmarès est éloquent : trois titres mondiaux sur quatre possibles, deux titres européens, sur quatre possible là encore, et surtout deux médailles d’or olympiques, en 2008 et 2012. C’est donc en double tenants du titre que Karabatic et consorts se rendent à Rio, avec la ferme intention de réaliser la passe de trois. Gare toutefois à l’excès de confiance. La 5ème place au dernier championnat d’Europe, organisé en Pologne, et venue rappeler qu’en sport, l’invincibilité ne dure qu’un temps. Mais si les hommes de Claude Onesta revenaient bredouilles du Brésil, la déception serait énorme.

2. Volley masculin

Depuis 2014, l’équipe de France de volleyball a changé de dimension. Et, à l’image de sa star Earvin Ngapeth, son ambition est sans limite. L’autobaptisée "Team Yavbou" s’est durablement installée parmi les meilleures formations du monde. Quatrièmes des championnats du monde en 2014, les hommes de Laurent Tillie ont remporté en 2015, au terme d’un parcours incroyable, la Ligue mondiale, puis le championnat d’Europe. En 2016, émoussée par la participation à deux tournois de qualification olympique, l’équipe de France est parvenue à se hisser sur le podium de la Ligue mondiale, avec une troisième place. S’appuyant sur une génération dorée et sur un groupe soudé comme jamais, les Bleus viseront un podium à Rio de Janeiro. Voire le plus beau des métaux.

3. Football féminin

Il y a quatre ans à Londres, l’équipe de France de football féminin n’était pas parvenue à remporter une médaille, et cela avait été un sacré crève-cœur. Battues par le Japon en demi-finales (2-1) puis face au Canada pour la quatrième place (1-0), les Bleues ont soif de revanche à Rio. D’autant que lors de leurs deux dernières compétitions internationales, le championnat d’Europe 2013 et la Coupe du monde 2015, elle ont à chaque fois chuté en quarts de finale à l’issue de la séance de tirs au but. Au Brésil, ce sera l’occasion de vaincre le signe indien et d’enfin monter sur le podium. Les coéquipières de Wendie Renard y seraient à leur juste place.

4. Basket féminin

Attention, les "Braqueuses" sont de retour. En 2012, Céline Dumerc et ses coéquipières avaient conquis une formidable médaille d’argent aux Jeux olympiques de Londres. Depuis, elles se sont maintenues dans les meilleures équipes du monde, avec notamment deux places de deuxièmes aux championnats d’Europe 2013 et 2015. Au niveau mondial, cela a été plus difficile, avec une 7ème place au championnat du monde de 2014, mais malgré le forfait de dernière minute de Céline Dumerc, avec notamment l’impact à l’intérieur de Sandrine Gruda, les Françaises peuvent viser haut. Même si l’or est promis aux intouchables Américaines, on signe tout de suite pour une médaille.

5. Basket masculin

Pour la dernière aventure internationale de Tony Parker, les basketteurs français se veulent ambitieux. À Rio, ils veulent jouer les yeux dans les yeux avec toutes les grandes équipes, États-Unis et Espagne compris. C’est donc l’or, rien de moins, que visent les hommes de Vincent Collet. Leurs récentes performances plaident pour eux : champions d’Europe en 2013, troisièmes aux derniers champions du monde et d’Europe. Reste que la densité du basket mondial est énorme. Serbie, Lituanie, Croatie, mais aussi Australie et Brésil , à domicile, restent des candidats très sérieux au podium. Pour monter sur la boîte, il faudra donc faire très fort.

6. Handball féminin

Il y a quatre ans à Londres, les Bleues avaient déçu en terminant cinquièmes après un parcours remarquable en poule.  Cette fois, la même place serait presque un beau résultat. D’abord, parce que tant aux championnats d’Europe qu’aux Mondiaux, les Bleues ne  sont pas parvenues à monter sur le podium en quatre ans, avec une 5ème place comme meilleur résultat. Ensuite parce que de sévères remous ont secoué le groupe ces dernier mois, avec l’éviction du sélectionneur en début d’année, et le rappel d’Olivier Krumbholz pour tenter de sauver les meubles. Mais celui qui fut en poste entre 1998 et 2013 n’aura eu cette fois que quelques mois pour préparer l’échéance. Cela paraît trop juste, même si une bonne surprise n’est pas à exclure.

7. Rugby à 7 féminin

Difficile de donner un pronostic, puisqu’il s’agira de la première apparition du rugby à 7 aux Jeux olympiques. Moins exposée que leurs homologues masculins, les filles de l’équipe de France sont tout de même parvenues à se qualifier avant eux. Elles iront à Rio pour faire un coup, mais le podium sera difficile à atteindre. Car l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada et l’Angleterre semblent être un cran au-dessus. Et sur le podium, il n’y a que trois places.

8. Rugby à 7 masculin

Certes, l’équipe de France de rugby à 7 a fière allure, avec notamment la star Virimi Vakatawa (qui a brillé lors du dernier Tournoi des 6 nations avec le XV de France). Et elle a été capable d’exploit lors de compétitions internationales. Mais là encore, les prétendants au podium sont nombreux, et certains paraissent intouchables. C’est le cas par exemple des Fidji et de la Nouvelle-Zélande, qui devraient en toute logique se battre pour l’or. Et derrière, il y a des escouades impressionnantes, comme l’Australie, l’Afrique du Sud, la Grande-Bretagne, et même les États-Unis, voire le Kenya. Bref, une médaille serait un authentique exploit pour les Bleus.

9. Water-polo masculin

Les poloïstes français ont déjà réussi leur aventure olympique, en parvenant à se qualifier pour les Jeux. Une première depuis… 1992. Alors au Brésil, tout sera du bonus. Dans une poule de six où les quatre premiers seront qualifiés pour la suite de la compétition, les Bleus peuvent même rêver à une place en quarts de finale. Faire mieux serait insensé. Au milieu des Serbie, Hongrie, Etats-Unis et autre Croatie, une médaille semble, elle, totalement inenvisageable.