Suarez : "je bute contre son épaule"

  • A
  • A
Suarez : "je bute contre son épaule"
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉCIDIVE - L'attaquant uruguayen a mordu un défenseur italien à l'épaule, mardi.

>> Retrouvez toute l'actu de la Coupe du monde en cliquant ici

Luis Suarez, la Coupe du monde et les polémiques, acte II. Il y a quatre ans, en Afrique du Sud, l'attaquant uruguayen avait effectué un tour d'honneur après avoir sauvé son pays en quarts de finale après une main sur la ligne, face au Ghana (1-1, 4-2 aux tab). Mardi, contre l'Italie, lors d'un match décisif pour la qualification pour les huitièmes de finale, l'attaquant de Liverpool a cette fois mordu un adversaire, un geste rare chez un joueur de foot. Sauf chez lui. C'est en effet la troisième fois - à la connaissance de tous - que Suarez agit de la sorte : en 2010, avec l'Ajax, il avait mordu un joueur du PSV Eindhoven, Otman Bakkal, écopant de sept matches de suspension. En fin de saison dernière, il avait été puni de 10 matches de suspension pour un geste similaire sur le défenseur de Chelsea, le Serbe Branislav Ivanovic.

Le "hat-trick" mordant de Suarez :

"Moi, je l'ai aussi reçu dans l’œil." Et vous croyez qu'il allait plaider coupable ? C'est mal connaître "l'animal", qui a fourni une explication toute personnelle. "Ce sont des situations qui arrivent sur le terrain", a expliqué le double buteur face à l'Angleterre sur la chaîne uruguayenne Canal 10. "On est côte à côte dans la surface, je bute contre son épaule, et bon, moi je l'ai aussi reçu dans l’œil, mais bon, ce sont des choses qui arrivent sur le terrain et ce n'est pas la peine non plus de leur donner trop d'importance." Après ce duel, Suarez est resté au sol en se tenant les dents, feignant d'avoir été touché par un coup de coude...

Suarez contre Chiellini (930x620)

© REUTERS

"Pas une Coupe du monde de moralité de bas étage." Cette morsure, spectaculaire, et rendue "publique" par la victime, le défenseur de la Juventus Turin Giorgio Chiellini, a évidemment phagocyté la conférence de presse d'après-match du sélectionneur de la Celeste, Oscar Tabarez, lequel a clairement minimisé l'incident.



"Ceci est une Coupe du monde de football, pas une Coupe du monde de moralité de bas étage", s'est-il irrité, alors que plusieurs questions ont porté sur cet incident. "J'aimerais revoir les images, je ne l'ai pas vu, si jamais c'est arrivé, l'arbitre ne l'a pas vu non plus. Ça ne mérite aucun autre commentaire. Il y a eu des choses beaucoup plus significatives dans ce match. (...) Suarez est la cible préférée de certaines personnes et d'une certaine presse. Je crois qu'il y a une animosité évidente contre ce joueur." Le sélectionneur de l'Italie, Cesare Prandelli, n'a pas vu le geste de Suarez non plus. Mais il a vu "traces qu'en a Chiellini".



Suarez suspendu pour les huitièmes de finale ? Le défenseur de la Nazionale a parlé pour son sélectionneur démissionnaire et estimé que Suarez aurait dû être exclu pour son geste. "Maintenant, on va parler de l'élimination, d'échec, mais le match a été conditionnée par l'arbitre", a insisté Chiellini. "Il y a eu une incroyable disparité, le ridicule rouge à (Claudio) Marchisio et la non exclusion de Luis Suarez". Au moment du geste de Suarez, le score était encore de 0-0 entre les deux équipes.

Non sanctionnée par l'arbitre, qui a sans doute cru à une banale collision entre les deux joueurs, cette morsure pourrait valoir une suspension à Suarez si la commission de visionnage de la Fifa se saisit de l'affaire. Ce qui, compte tenu du retentissement de ce coup de dents, ne manquera pas d'arriver. "Si un joueur est suspendu, un autre jouera", a minimisé Tabarez. "On a déjà joué beaucoup de matches sans Suarez, on en a gagné certains, on en a perdus d'autres, et il n'était pas là non plus contre le Costa Rica." Et l'Uruguay avait perdu sur le score de 3-1. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)
 

EN UN CLIC - L'Uruguay boute l'Italie hors du Mondial 

VIDÉO - Luis Suarez a (encore) mordu un autre joueur

VIDÉO - Verratti régale

VIDÉO - Un joueur italien expulsé