Affaire Laporte-Altrad : le président de la commission d'appel dément toute pression

  • A
  • A
Affaire Laporte-Altrad : le président de la commission d'appel dément toute pression
@ Franck PENNANT / AFP
Partagez sur :

Trois membres de la commission d'appel de la FFR ont démissionné à la suite de cette affaire.

Jean-Daniel Simonet, président de la commission d'appel de la Fédération française de rugby (FFR), est sorti de son silence mardi. Il affirme que la commission d'appel n'avait subi aucune pression du président de l'institution Bernard Laporte pour réduire une sanction frappant Montpellier.

Une sanction "conforme à la jurisprudence". "La décision prise le 30 juin 2017 par la Commission d'appel de la FFR a été rendue librement dans sa formation collégiale en vertu des règlements généraux qui s'imposent à elle; et la sanction infligée au club professionnel de Montpellier est conforme à la jurisprudence", écrit Jean-Daniel Simonet dans un communiqué. Par ailleurs, Jean-Daniel Simonet décidera mercredi, jour de réunion de la commission, à Marcoussis (Essonne) au siège de la FFR, de rester ou non à son poste.

Trois démissions étonnantes. "Il a dit qu'il prendrait une décision. Et nous a demandé [aux présents mercredi, ndlr] de faire de même" a expliqué ce membre, qui souhaite garder l'anonymat. Selon le JDD et L'Equipe, trois membres de la commission d'appel de la FFR ont démissionné à la suite de cette affaire. Le 30 juin, celle-ci a réduit des sanctions prononcées en première instance par la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby (LNR) à l'encontre de Montpellier. Le président de Montpellier, Mohed Altrad, avait signé un contrat d'image avec Bernard Laporte pour un montant de 150.000 euros, auquel ce dernier, face à la polémique, a finalement renoncé lundi.

Laporte a-t-il fait pression sur la commission ? Mohed Altrad, à la tête d'un groupe de matériel pour le BTP, est aussi devenu fin mars le premier partenaire maillot du XV de France. Selon le JDD daté de dimanche, la veille (le 29 juin), la commission d'appel fédérale avait pourtant confirmé le jugement de première instance. Entre-temps, Bernard Laporte serait intervenu pour faire modifier cette décision. C'est ce qu'affirme, dans une lettre adressée à Jean-Daniel Simonet et publiée par le JDD, Philippe Peyramaure, l'un des trois membres de la commission présents lors de la séance du 29 juin. Cet avocat parisien est l'un des trois membres démissionnaires.