Selon sa femme, Jérôme Cahuzac avait "le goût du luxe"

  • A
  • A
Selon sa femme, Jérôme Cahuzac avait "le goût du luxe"
@ AFP
Partagez sur :

Ce mardi matin, le tribunal s’est efforcé de disséquer le train de vie du couple Cahuzac.

DANS LA SALLE D'AUDIENCE

"Tout en gagnant bien ma vie, je n’ai jamais eu le goût du luxe." Au lendemain de la guerre froide que se sont livrés les ex-époux Cahuzac, Patricia Ménard a prouvé ce mardi matin qu’elle n’était pas prête à rendre les armes. Depuis lundi, Jérôme Cahuzac affirme avoir mis en place un système frauduleux, en parallèle des comptes ouverts en Suisse pour financer les activités politiques de Michel Rocard, afin d'assurer le train de vie de sa famille. "C’est une grosse erreur d’appréciation. J'ai toujours apprécié les choses simples", lui a sèchement répondu son ex-femme.

800. 000 francs d’impôts. Depuis les années 1990, la famille Cahuzac avait pris l’habitude de passer ses vacances "dans de beaux endroits, dans des hôtels de luxe", résume Patricia Ménard. Après sa sortie du cabinet de Claude Evin, en 1991, Jérôme Cahuzac gagne, selon ses propres mots, "très bien sa vie", notamment grâce à sa clinique d'implants capillaires et ses activités de conseils auprès des laboratoires pharmaceutiques. Combien ?, l’interroge le président. L’ancien homme politique ne se souvient plus précisément. Il se rappelle seulement avoir payé 800.000 francs d’impôts, et ce, alors qu’il avait trois enfants à charge. "Nous n’en profitons pas particulièrement, sauf pendant les vacances". Séjours à La Baule, à l’île Maurice ou au ski. "Pour le reste, notre train de vie n’est pas luxueux." Le couple achète, malgré tout, un appartement familial rue de Breteuil, dans le très chic 7e arrondissement de Paris.

Notre train de vie n’est pas luxueux

Tout change en 1997, lorsque Jérôme Cahuzac décide de se consacrer à sa vraie passion, la politique. Dès lors, ses revenus baissent. Les 5.500 euros d’indemnités parlementaires ainsi que l’enveloppe allouée aux indemnités de représentation – environ la même somme – ne couvrent pas la perte de sa baisse d’activités dans la clinique d’implants capillaires. "A partir du moment où mes gains baissent, je ne peux plus assumer tout cela", répète-t-il au tribunal. Pourtant, il continue à payer les vacances familiales. "J’étais souvent absent physiquement et psychologiquement. Passer du temps dans ces endroits-là, c’était surtout pour retrouver ma famille."

Ma mère me faisait confiance

En 2003, l’homme politique perd son mandat législatif. Son moral est au plus bas, son compte en banque aussi. En plus des différents fonds en Suisse ou en Grande-Bretagne, le couple décide alors d’utiliser les comptes de la mère de Jérôme Cahuzac pour encaisser les honoraires de certains clients français. 239.650 euros y seront déposés. "Ma mère me faisait confiance, confie-t-il penaud. Dès lors que je lui demande, comme un service, d’encaisser des chèques, elle le fait. Elle ne s’est jamais la question qu’on faisait quelque chose de frauduleux." C’est ce compte qui servira au financement de nombreux séjours.

Malgré ce train de vie et ces montages financiers à n’en plus finir, l’ancien ministre du Budget a vivement contesté avoir le goût du luxe. "Depuis 91, le seul véhicule que j’utilise est un scooter. Ma voiture est d’occasion. Ma maison dans la circonscription n’a rien d’exceptionnelle." Pourquoi alors avoir mis en place un tel écheveau de comptes cachés alors même que, de l’aveu de Patricia Ménard, ils n’en avaient pas besoin? C’est ce mystère que s’efforce d’élucider le tribunal.