Qu'est-ce que ce "shutdown" à l’américaine qui paralyse la Seine-Saint-Denis

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Stéphane Troussel, président de Seine-Saint-Denis, lance mercredi une journée de mobilisation contre la réforme du Grand Paris qui, selon lui, pourrait bouleverser profondément l'organisation des services publics en Île-de-France.

Si vous habitez en Seine-Saint-Denis, il n'y a pas que la neige qui pourrait compliquer votre journée. En effet, il sera inutile mercredi de vous rendre dans l'une des administrations départementales : tous les services sont fermés. Un "shutdown" à l'américaine organisé pour protester contre la disparition éventuelle des départements dans le projet du Grand Paris.

Les administrations fermées. Crèches, cantines ou encore protection maternelle et infantile seront fermés toute la journée. Objectif de ce "shutdown": montrer aux habitants à quoi ressemblerait leur quotidien sans le département. Car selon Stéphane Troussel, président PS de Seine-Saint-Denis, c'est ce que préparerait l'Elysée dans sa réforme du Grand Paris. "On nous dit que l'objectif c'est de simplifier, mais de trois départements, on nous propose onze sous-départements, avec onze directions des collèges, onze directions de la protection de l'enfance, etc. Ça n'est pas ça une réforme moderne et efficace", s'agace l'élu au micro d'Europe 1, dénonçant "un jeu de Mecano institutionnel qui désorganise et déstabilise".

Et les conditions météorologiques, qui vont déjà compliquer mercredi le quotidien de nombreux Franciliens, n'ont pas décidé Stéphane Troussel à reporter sa journée blanche. "Elle a été décidée, on ne remobilise pas 8.000 agents comme ça, en une soirée. Ça doit être un moment de mobilisation et d'explication", plaide-t-il.

Des appels à manifester. Cette réforme fait notamment craindre à certains acteurs du secteur public une perte d'efficacité. "On a le plus grand mal à savoir qui va reprendre l'organisation et les missions, le versement du RSA, le versement de l'APA pour les personnes âgées. Il y a les plus grandes incertitudes", explique Philippe Sacerdoti qui dirige la maison départementale des personnes handicapées de Bobigny. Si les compétences du département changent de mains, selon lui, c'est tout le travail de proximité avec le public qui est menacé. Les sept présidents de départements d’Île-de-France ont appelé leurs agents à se rassembler mercredi matin, devant les hôtels de département pour demander plus de transparence sur le futur Grand Paris.