"On vaut mieux que ça", une initiative dans la mouvance de "Nuit debout"

  • A
  • A
Partagez sur :

Un collectif de vidéastes, mobilisé contre la loi El Khomri, publie un manifeste appelant chacun à se passer du système politique pour mieux valoriser l'humain.

Tout est parti d’une vidéo postée fin février sur Internet contre la loi El Khomri, et vue plus d’un million et demi de fois. Devant le succès de leur appel à une vie meilleure, neuf youtubers publient désormais On vaut mieux que ça.

"Ça commence par une vidéo qu’on a montée avec plusieurs amis vidéastes et blogueurs, c’était une initiative commune. On était plusieurs youtubers à se dire : ‘tiens, il y a la loi El Khomri, il y a moyen de faire quelque chose’. Et donc on a voulu libérer la parole et mettre nos compétences au service des gens", explique Ludovic Torbey, dit 'Ludo', 29 ans, sur Europe 1. Il est à l’origine de la chaîne de débat et de vulgarisation "Osons causer" , et co-auteur du manifeste publié chez Flammarion. "On a vu ce slogan, 'On vaut mieux que ça', résonner. On a essayé de densifier ce mot d’ordre en en faisant un petit bouquin."

Créer un autre monde maintenant. L’objectif, qui ne nie pas son caractère idéaliste, est une mobilisation spontanée de chacun pour bâtir un monde meilleur. "Nous, on a voulu insister sur quelque chose, c’est le pouvoir des gens, la légitimité des gens", explique le vidéaste au micro de Caroline Roux. "Dans ce livre, on montre qu’un autre monde est déjà là, quand on donne du temps dans une 'asso' de quartier, quand on partage, quand on crée de la solidarité autour de soi, ou quand on fait des petits gestes d’entraide pour pallier les problèmes de la sécurité sociale, pour aider un membre de la famille malade, ou quelqu’un qui n’a pas de retraite, quand on fait tout ça, on crée un autre monde, déjà, maintenant."

Même mouvance que "Nuit debout". Cette initiative, qui espère pouvoir se passer des formalismes politiques et institutionnels pour lutter contre les injustices et la précarité, s'inscrit dans la même mouvance que "Nuit debout". "La société française a l’habitude de s’en remettre à ses têtes hautes qui sont censées nous montrer le chemin, nous guider et nous amener vers le mieux", déclare le jeune homme à propos des responsables politiques. "Nous, ce que l’on montre dans ce livre, c’est que, au contraire, c’est nous tous, les gens ordinaires, la solution."