NDDL : "On a fait le plus simple", prévient la préfecture

  • A
  • A
NDDL : "On a fait le plus simple", prévient la préfecture
Les opérations d'expulsions reprendront mardi matin. @ JEAN-SÉBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

La préfète a estimé que l'expulsion des occupants illégaux de la ZAD allait devenir de plus en plus "compliquée", alors que ce premier jour d'intervention a pris fin à 18 heures. 

L'opération d'expulsion des occupants illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, lancée lundi à l'aube, sera de plus en plus "compliquée", a estimé la préfète des Pays de la Loire Nicole Klein au cours d'une conférence de presse en fin de journée. "Plus ça va aller, plus ça va être compliqué", a-t-elle jugé. "On a fait le plus simple", a-t-elle ajouté à l'issue de ce premier jour d'une intervention qui a mobilisé 2.500 gendarmes.

Reprise des expulsions mardi à 6h. Selon la préfète, les expulsions "se sont interrompues à 18h car il faut faire appel à des huissiers et à des déménageurs". "Un dispositif policier va rester pendant la nuit", a-t-elle ajouté. Elles reprendront mardi à 6h, selon le Directeur général de la Gendarmerie nationale.

"Des critères objectifs". Nicole Klein a souligné que "les squats visés l'ont été sur la base de critères objectifs". "Leur proximité avec la route départementale 281, l'absence de projet agricole sérieux, l'absence de volonté de s'inscrire dans l'état de droit et enfin des squats constitués de constructions précaires qui n'ont pas leur place dans une zone agricole et encore moins dans une zone humide où la constructivité est encore encadrée", a-t-elle énuméré. Elle a assuré que seules les installations précaires seraient détruites, pas le bâti. "Rien qui soit en dur", a-t-elle insisté.