La rentrée à Saint-Martin : "Nous avons fait tout ce qui était possible", assure Blanquer

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Bien qu'une partie des établissements scolaires de Saint-Martin reste inutilisable après le passage de l'ouragan Irma, l'ensemble des écoliers de l'île va pouvoir faire sa rentrée lundi.

REPORTAGE

C’était un impératif pour le gouvernement : lundi matin, tous les élèves de Saint-Martin vont retrouver les bancs de l'école. Le Premier ministre assistera à cette rentrée scolaire avec notamment son ministre de Education nationale, Jean-Michel Blanquer, exactement deux mois après le passage de l'ouragan Irma.

90% de professeurs présents. Face à un léger manque d'effectifs, et surtout parce que trois établissements scolaires restent toujours inutilisables, les services publics ont dû improviser pour garantir l'accueil des élèves. "Tous les enseignants ont répondus présents à quelques exceptions. Nous avons 90% de professeurs présents, ce qui est tout à fait normal puisqu'il y a aussi un certain nombre de congés maladies, de gens qui ont eu à souffrir personnellement, physiquement ou psychologiquement, du cyclone", explique Jean-Michel Blanquer au micro d'Europe 1. "Nos difficultés ne sont pas du côté de la présence des professeurs, elles sont plutôt du côté de l'état des bâtiments", précise-t-il.

Une situation qui doit encore s'améliorer. Pour compenser le manque de place, un système de rotation est mis en place. Certains enfants iront en cours de 7h30 à 12h30, puis ils laisseront leurs classes l’après-midi à ceux dont l’école est détruite. "Nous avons fait tout ce qui était possible, et ceci nous permet d'accueillir tout le monde, mais il nous reste encore trois bâtiments à réparer, et donc, bien entendu, les choses seront de meilleure qualité au fil du temps", assure le responsable gouvernemental. "Ce qu'il faut, dans ce type de situation, c'est une unité nationale totale pour appuyer Saint-Martin et, évidement, l'ensemble de la fonction publique mobilisé".

"Un vrai traumatisme pour les enfants". Cette rentrée est enfin une bonne nouvelle pour les parents d’élèves. À commencer par William, le papa de la petite Emma : "Il serait temps ! Ça fait deux mois qu'elle n'est pas allée à l'école. Là, elle rentre au CP, une année charnière en plus", explique-t-il à Europe 1. Mais pour Maguy, la grand-mère de Mélody, les cours ne suffiront pas. Alors que toute la famille est contrainte de vivre ensemble depuis le passage de l'ouragan Irma, elle réclame un suivi psychologique à l’école. "Ça a été un vrai traumatisme pour les enfants. Nous dormons à trois dans le même lit, et j'ai des coups de pieds le soir. Elle dort difficilement", assure-telle. La rentrée, en soit, c’est un début de retour à la vie normale, mais la population toujours très marquée par la catastrophe par attend davantage.