Corse : dix-neuf jeunes interpellés chez les nationalistes

  • A
  • A
Corse : dix-neuf jeunes interpellés chez les nationalistes
Dix-neuf personnes ont été interpellée sur commission rogatoire d'un juge d'instruction bastiais@ AFP
Partagez sur :

Dix-neuf jeunes corses ont été interpellés dans le cadre de l'enquête sur les différents incidents de la région de Corte en 2016.

Plusieurs interpellations ont eu lieu mardi matin en Corse visant des membres du syndicat étudiant nationaliste Ghjuventù Independentista (GI), a appris l'AFP de sources concordantes.

Dix-neuf interpellations. "Tôt ce matin, au moins 19 jeunes corses ont été interpellés à leurs domiciles par les forces de répression en vue d'un placement en garde à vue", écrit GI dans un communiqué. Une source proche de l'enquête a confirmé à l'AFP qu'une série d'interpellations avait eu lieu "sur commission rogatoire d'un juge d'instruction bastiais", concernant "une série d'incidents" dans la région de Corte (Haute-Corse) en 2016, notamment "la découverte d'engins explosifs incendiaires".

Une "provocation grave" pour le GI. "Un de nos porte-parole et membre de notre exécutif ainsi que plusieurs de nos militants font partie de ces interpellés. D'autres jeunes corses sont actuellement recherchés", affirme GI, pour qui ces arrestations sont "une provocation grave de la part de l'État français à l'encontre de la jeunesse de notre pays". "Les gardes à vue pourraient être levées dans la journée", a précisé la source proche de l'enquête.

Des nationalistes parlent de "rafles". "Rafles de jeunes Corses à 6 h du matin : des pratiques répressives inacceptables et incompatibles avec la nécessité de consolider la paix", a dit sur Twitter le président nationaliste du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni. "Quand la Corse affirme sa volonté de paix et de justice, l'État français tente d'intimider nos jeunes : 19 interpellations ce matin. #Basta", a de son côté réagi, toujours sur Twitter, le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni, lui aussi nationaliste.