CARTE - Affaire Nordahl Lelandais : ces lieux explorés par les enquêteurs

  • A
  • A
Partagez sur :

Mis en examen pour deux meurtres, l'ancien militaire, détenu depuis la fin de l'été, pourrait être impliqué dans d'autres dossiers. Des vérifications sont en cours dans la région où il vivait, mais pas seulement. 

CARTE

Où s'arrêtera l'affaire Nordahl Lelandais ? Mercredi, l'ancien militaire, déjà soupçonné de l'enlèvement et du meurtre de Maëlys, neuf ans, a été mis en examen dans un deuxième dossier, celui de l'assassinat du militaire Arthur Noyer, porté disparu mi-avril. Une avancée qui pousse les enquêteurs à se pencher sur d'autres dossiers : à l'issue de la mise en examen, le procureur Thierry Bran reconnaissait qu'il fallait "regarder toutes les disparitions inquiétantes dans la région". Europe1.fr a recensé tous les lieux faisant l'objet de vérifications sur une carte. 

  • Domessin : le domicile du suspect

Nordahl Lelandais a grandi dans ce village de Savoie, avant de le quitter pour rejoindre l'armée en 2002. Il y est revenu en 2007, après avoir été réformé. Quelques mois avant la disparition de Maëlys, il était retourné vivre au domicile de ses parents.

  • Le-Pont-de-Beauvoisin : l'affaire Maëlys

C'est dans la salle des fêtes de cette commune de l'Isère que Maëlys, neuf ans, a été vue pour la dernière fois. Nordahl Lelandais, désigné par un faisceau d'indices dont une trace ADN dans sa voiture, est mis en examen dans ce dossier depuis la fin de l'été, pour meurtre précédé d'un autre crime (enlèvement et séquestration).

  • Chambéry : le caporal Arthur Noyer

Depuis mercredi, Nordahl Lelandais est également mis en examen pour l'assassinat d'Arthur Noyer, disparu en avril  et dont le crâne a été découvert par un promeneur début septembre. Les téléphones des deux hommes ont borné le long du même itinéraire le soir de la disparition du militaire, en avril à Chambéry. Ce dernier a été vu pour la dernière fois en train de faire du stop rue de la République.

  • Le fort de Tamié : Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou

Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou ont disparu respectivement en septembre 2011 et 2012, après le Festival de musique électronique "Elements", organisé au fort de Tamié, en Savoie. L'enquête sur la disparition du premier est relancée en raison de la proximité géographique entre le fort et les lieux que fréquentait Nordahl Lelandais. De même pour le second, qui connaissait le suspect "de vue" selon son cousin, interrogé par France 3.

  • Talloires-Montmin : Adrien Mourialmé

Début juillet, Adrien Mourialmé, un Belge de 24 ans, se volatilisait dans la région du lac d'Annecy. Cuisinier, il travaillait depuis quelques semaines dans un hôtel de la commune de Talloires-Montmin. Pour des raisons de proximité géographique et en raison de son profil similaire à celui d'Arthur Noyer (un jeune homme, se déplaçant seul), les enquêteurs effectuent des vérifications quant à l'emploi du temps de Nordahl Lelandais le jour de sa disparition.

  • Chambéry : Adrien Fiorello  

Adrien Fiorello, étudiant de 22 ans originaire de la Loire, a disparu le 6 octobre 2010, rappelle France 3. Parti de chez ses parents pour se rendre à l'université, le jeune homme n'a plus donné signe de vie. Si sa famille réclame aujourd'hui que des vérifications soient faites, c'est parce que l'enquête a établi que son téléphone portable avait borné à Chambéry, en Savoie.

  • La tuerie de Chevaline

En septembre 2012, trois membres d'une famille britannique d'origine irakienne et un cycliste étaient abattus à l'arme à feu près de cette petite commune de Haute-Savoie. Si les circonstances des meurtres semblent radicalement différentes des autres affaires examinées par les enquêteurs, des vérifications doivent encore être effectuées. L'arme du crime, un pistolet utilisé par l'armée suisse au début du 20e siècle, avait un temps orienté les recherches vers un militaire. Or, Nordahl Lelandais a servi dans l'armée pendant cinq ans.

  • Guermantes : la piste Estelle Mouzin

L'avocat du père de la fillette de neuf ans, disparue en 2003 en Seine-et-Marne, a demandé au juge chargé du dossier de sa disparition d'enquêter sur Nordahl Lelandais. "C'est une vérification normale, une démarche que l'on fait forcément quand il y a un enlèvement de petite fille", a-t-il expliqué. Au moment de la disparition, le suspect était en service dans une caserne à 140 km de Guermantes.