Troubles de la vision : quels sont-ils et comment les traiter ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Près de sept Français sur dix sont concernés par des troubles de la vision. Sur Europe 1, mardi, le docteur Kierzek fait le point entre les défauts visuels et les pathologies.

Les troubles de la vue concernent près de 70% de la population. Autant de personnes qui devraient ou qui vont consulter un ophtalmologiste. Ces troubles ont plusieurs causes : un défaut visuel, une anomalie de l’œil, une pathologie ou encore le vieillissement naturel. 

Défauts visuels ou vraies pathologies ? Sur Europe 1 mardi, le docteur Kierzek fait la différence entre les défauts visuels et les pathologies. "Le défaut visuel, c'est la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme. C’est une imperfection géométrique de l’œil mais ce n’est pas une pathologie", précise le généraliste. "En revanche, il existe de vraies maladies de l’œil. On parle souvent de la dégénérescence maculaire liée à l’âge - la fameuse DMLA - ou encore le glaucome ou la cataracte", précise Dr Kierzek.

Quand consulter un ophtalmologiste ? "Tout de suite", annonce le médecin d'Europe 1. Quelques jours après la naissance, un examen ophtalmologique est fait par le pédiatre. "Puis tous les mois, puis à 2 ans, à 6 ans", indique Gérald Kierzek. Chez l'enfant, le pédiatre ou le médecin scolaire vont détecter d'éventuels troubles de la vision. "En fonction de l’anomalie trouvée, l’enfant sera orienté vers l’ophtalmologiste ou l’ophtalmopédiatre. C’est important de le repérer très vite", prévient le généraliste. 

Il recommande par ailleurs de prendre le réflexe d’aller tous les deux ans chez l’ophtalmo afin de vérifier l’acuité visuelle ou encore la tension oculaire à partir de 45 ans.

Comment traiter ces troubles visuels ? Il existe une palette de corrections possibles. Pour la myopie ou l'hypermétropie par exemple, l'ophtalmologiste peut évidemment prescrire des lunettes, des lentilles, voire désormais une intervention chirurgicale au laser. Pour les glaucomes ou la DMLA, la chirurgie n'est pas la seule option. Il existe également des traitements médicaux.