Médicaments sans ordonnance : vers un nouveau type d'emballage ?

  • A
  • A
Médicaments sans ordonnance : vers un nouveau type d'emballage ?
Les médicaments vendus sans ordonnance pourraient bientôt être présentés dans un "paquet neutre". @ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

L’Agence du médicament recommande d’instaurer un nouveau type d'emballage pour les médicaments en vente libre, afin de favoriser la lisibilité par rapport au marketing.

Et si les médicaments sans ordonnance étaient bientôt vendus avec un nouveau type d'emballage ? C’est une recommandation de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), contre laquelle s’insurgent les laboratoires. Ce nouvel emballage viserait à rendre les boîtes de médicaments en vente libre plus compréhensibles pour les patients, parfois davantage séduits par le packaging que par l’efficacité du médicament.

L'ANSM réclame plus de "lisibilité"

Dans une stratégie "de renforcement de la sécurité des médicaments", l’ANSM recommande de rendre moins lisibles sur les boîtes de médicaments vendues sans ordonnance le nom de la marque et les arômes, au profit de la dénomination scientifique de la substance active. Ainsi pour une boîte d'Imodium, il serait mis en avant : "Chlorhydrate lopéramide" et "diarrhées aiguës passagères".

Le but est, d’après l’ANSM, de "réduire le risque d’erreur médicamenteuse (…) en facilitant l’identification du médicament et en améliorant la lisibilité et la compréhension de son étiquetage". L’ANSM soutient qu’environ 30% des signalements d’erreurs médicamenteuses en lien avec le conditionnement résultent de l’étiquetage. "Aujourd'hui les patients ne retiennent que la marque. Et certaines recouvrent jusqu'à huit médicaments différents (ce qu’on appelle "les marques ombrelles", ndlr). C'est le travers : des patients qui se plaignent d'effets secondaires à leur pharmacien ne savent pas quel médicament ils ont pris", a expliqué à l'AFP la directrice juridique de l'ANSM, Carole Le Saulnier.

Les laboratoires s’insurgent, les pharmaciens s’inquiètent

Les laboratoires qui commercialisent ces médicaments en vente libre se sont insurgés jeudi, dénonçant un "paquet neutre" qui risque de créer une "confusion" chez les patients. "On sait très bien que les patients choisissent leurs produits par rapport à la marque. Or là, on est sur un paquet neutre où ils n'auront plus de repères", a déclaré à l’AFP Daphné Lecomte-Somaggio, déléguée générale de l'Association française des fabricants de médicaments vendus sans ordonnance (Afipa).

Le nom de la molécule, ça ne parle pas au patient 

Du côté de l’Ordre national des pharmaciens, on reconnaît volontiers que les patients choisissent leurs médicaments en fonction du marketing : "Et c’est même parfois pire que ça ! Ils nous disent 'Je veux le médicament qui est passé à la télé'. On peut se poser la question du marketing des médicaments sans ordonnance", souligne à Europe1.fr Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre national des pharmaciens. Elle pointe notamment du doigt les médicaments avec arômes, qui créent un "risque d’assimiler le médicament à un bonbon".

Pour autant, Carine Wolf-Thal estime que l'emballage banalisé créera autant de confusion chez le patient que les marques ombrelles. Avec ces dernières, "le risque est que, à la maison, le patient les prenne sans savoir à quoi ça correspond. Et je ne suis pas sûre que le 'paquet neutre' soit une solution non plus car le nom de la molécule écrit dessus, ça ne parle pas du tout aux patients ! On penche là vers un excès inverse", ajoute Carine Wolf-Thal. Ainsi, la présidente de l’Ordre national des pharmaciens plaide pour "garder un nom de marque qui permet aux patients d’identifier leurs médicaments", et pour supprimer les marques ombrelles.

À quoi ressemblerait ce nouveau type d'emballage ?

Les laboratoires et l’Agence du médicament ont chacun montré à quoi ressemblerait selon eux ce nouvel emballage, en appliquant les recommandations de l’ANSM. Pour les laboratoires, les boîtes de médicaments risquent de devenir beaucoup plus grandes, avec un texte plus long. Et qui dit plus grand, dit aussi moins écologique et plus cher à la fabrication. L’Afipa a publié dans un communiqué cette projection :

medocs 1

©Capture d'écran/AFIPA

L’Afipa craint ainsi un "manque de lisibilité" et une "ressemblance entre tous les médicaments", qui conduiraient à une "perte de repères" pour le client. De son côté, l’ANSM présente plusieurs schémas de cet emballage banalisé, en détaillant tranche par tranche les éléments à inscrire dessus, avec la police, la couleur, les pictogrammes. Selon elle, les boîtes garderaient la même taille, avec un texte plus court et plus clair :

medicaments

©Capture d'écran/ANSM

Rien n’est encore fixé. L'ANSM a rappelé qu'elle émettait des "recommandations", laissant le soin aux industriels de les suivre ou non. Cependant si ces recommandations ne figurent pas au code de la santé publique, elles s'imposent dans les faits, selon l'Afipa. Car si un laboratoire refuse d'en tenir compte, l'ANSM peut ne pas l'autoriser. L'Afipa a déposé un recours en annulation de ces recommandations devant le Conseil d'État fin avril, qui est toujours en cours d’instruction. Un nouv emballage pour les médicaments, ce n’est donc pas pour tout de suite.