Le gouvernement dévoile un plan d'action contre la maladie de Lyme

  • A
  • A
Partagez sur :

Près de 70 personnes atteintes de l'infection menacent de porter plainte contre l'Etat si les réponses du gouvernement ne sont pas à la hauteur et dénoncent une maladie mal dépistée et mal soignée.

Au départ bénigne, cette infection transmise par des morsures de tiques, peut s'aggraver si elle n'est pas traitée rapidement. Jeudi, le ministère de la Santé dévoile son plan d'action contre la maladie de Lyme, un syndrome qui divise le corps médical. Chaque année, près de 27.000 cas sont détectés en France. Beaucoup plus, répondent certaines associations qui affirment que la maladie reste mal dépistée et mal soignée. Du coup, 70 malades se sont regroupés pour porter plainte contre l'Etat, si les annonces du gouvernement ne sont pas à la hauteur.

Lyme : un effet de mode ? En juillet dernier, près de cent médecins, avaient tiré la sonnette d'alarme : dans une tribune publiée dans L'Obs, ils réclamaient au gouvernement un plan d'urgence pour faire face à la maladie de Lyme. Mais à côte de ce constat, le corps médical reste divisé et certains médecins, comme François Bricaire, infectiologue, dénoncent même un effet de mode : ""Certains patients sont tellement convaincus, qu'une première réponse ne leur suffit pas", témoigne t-il. "Ils vont voir un deuxième, puis un troisième médecin, un spécialiste et souvent, on les déçoit en leur disant que ce n'est pas la maladie de Lyme", ajoute le médecin.

Une maladie aux 70 symptômes. Pourquoi cette maladie plutôt qu'une autre ? Parce qu'elle a au moins 70 symptômes possibles, aussi banals que des maux de tête, des douleurs articulaires ou de la fatigue. Et d'après le Dr Bricaire, les patients qui souffrent d'un mal inexpliqué, veulent mettre un nom sur leur maladie, quitte à se tromper. Mais du côté des associations on s'inscrit en faux : "J'avais 160 symptômes il y a quatre ans, je n'en n'ai plus que cinq ou six", répond Anne Colin, présidente de l'association Lympact et elle-même atteinte de la maladie de Lyme. Pour en avoir le cœur net, elle explique avoir du consulter une trentaine de médecins et effectuer quatre test avant d'obtenir qu'on lui diagnostique la maladie.

C'est d'ailleurs sans doute le seul point de consensus : les outils pour dépister l'infection restent encore à perfectionner.