Valls et Philippot ferraillent à Forbach

  • A
  • A
Valls et Philippot ferraillent à Forbach
@ REUTERS
Partagez sur :

Le ministre de l’Intérieur et le n°2 du FN ont tous deux, chacun de leur côté, arpenté les rues de la cité mosellane.

Rarement Forbach aura fait l’objet d’une telle attention. Mardi, la cite mosellane de 21.500 habitants a reçu la visite du très médiatique Manuel Valls, soucieux d’y endiguer la montée du Front national. Parallèlement, le FN, via son numéro deux Florian Philippot, candidat aux municipales de 2014 à Forbach, avait monté une opération destinée à répondre, en direct et sur place, au ministre de l’Intérieur. D’où des échanges à distance.

Valls veut lutter contre "le sentiment d’abandon". Le ministre de l’Intérieur a commencé par se défendre de cibler le Front national avec sa venue à Forbach. "Il n'y a aucune croisade de ma part, il n'y a aucune tournée", a-t-il juré lors d’un discours prononcé à la sous-préfecture. "Certains territoires ont été délaissés et expriment et ressentent, et c'est le cas ici à Forbach, un sentiment d'abandon", a expliqué Manuel Valls. Mais dans un entretien au Républicain Lorrain de mardi, il avait attaqué à mots couverts le Front national. "L'extrême droite refuse l'étranger parce qu'il est étranger. C'est l'opposé même de mes valeurs. Je sais quel a été l'apport des étrangers pour notre pays", avait-il affirmé, avant de retrouver sa posture de fermeté : "Mais je sais aussi que les flux migratoires doivent être régulés, organisés en prenant en compte la situation économique de la France."



Une ZSP créée à Forbach. Et pour contrer la montée du FN, grandement liée au sentiment d’insécurité, Manuel Valls a annoncé la création d’une Zone de sécurité prioritaire (ZSP) à Forbach. Cette ZSP, qui concernera aussi la commune voisine de Behren-lès-Forbach, permettra de "faire un effort supplémentaire pour consolider les premiers résultats" obtenus, notamment en matière de lutte contre les cambriolages, a affirmé le ministre, qui en a profité pour dresser un bilan élogieux de son action dans ces fameuses ZSP.  "Les forces de l'ordre ont arrêté 1.235 trafiquants" et ont saisi "1,17 tonnes de cannabis, 34 kilos de cocaïne", et pour plus de 4,7 millions d'euros d'avoirs criminels, s'est-il félicité.

philippot-forbach

"Du saupoudrage", commente Philippot. Cette création d’une ZSP n’a pas semblé convaincre Florian Philippot. "Les résultats ne sont pas là, c'est du saupoudrage et surtout ça stigmatise la ville", a estimé le numéro deux du FN, entouré de journalistes lors d’une opération de tractage dans une rue de la ville. "Lorsqu'on est en ZSP, les entrepreneurs et commerçants ne veulent pas s'installer là-bas", a-t-il affirmé.



"Si je n’avais pas été candidat ici…" Le vice-président du FN s’est surtout attaché à démontrer que la venue du ministre était bien liée à la progression du FN à Forbach, où il avait recueilli plus de 40% des voix lors du second tour des législatives de 2012.

"C'est une tournée anti-FN, or les habitants ne veulent pas que le ministre de l'Intérieur, sur des fonds publics, vienne faire une campagne électorale", a-t-il affirmé. "Si je n'avais pas été candidat ici, M. Valls ne serait jamais venu à Forbach, c'est dire toute l'influence que nous avons alors même que nous ne sommes pas encore au pouvoir", a ironisé le numéro deux du FN. "Le FN est un nouvel acteur qui est en train de devenir la première force politique de ce pays" et "le PS est en mode panique, alerte rouge", a encore commenté le numéro deux du parti d'extrême droite.

-------------------------------------------------------------------------------------------------

>> A lire aussi sur Europe1.fr :

L'INFO POLITIQUE - L'outil anti-FN du gouvernement

INFO E1 - Valls et sa "bataille" contre le FN

ANALYSE - Hollande monte au front

CARTE - Ces villes que le FN pourrait conquérir

COTES D'AVENIR - Le Pen fille plus forte que Le Pen père