Stéphane Le Foll critique la une de "Charlie Hebdo" et ses "dangereux amalgames"

  • A
  • A
Stéphane Le Foll critique la une de "Charlie Hebdo" et ses "dangereux amalgames"
Stéphane Le Foll ne "partage pas" la Une de "Charlie Hebdo" et la "conteste"@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La Une du "Charlie Hebdo" de mercredi qui met en scène une personne renversée par un camion accompagné de la phrase "islam, religion de paix... éternelle" a été critiquée par le député socialiste.

Le député socialiste Stéphane Le Foll a critiqué mercredi la une de Charlie Hebdo, appelant l'hebdomadaire satirique à "la responsabilité" et à éviter de "dangereux amalgames".

Une une qui ne fait pas l'unanimité. Le journal satirique a diffusé mardi sur Facebook sa nouvelle une, consacrée aux attentats en Catalogne, représentant une camionnette s'éloignant après avoir tué des passants, avec en dessous la phrase : "islam, religion de paix... éternelle".

Une responsabilité face aux amalgames. "Les amalgames sont très dangereux. Dire que c'est l'islam dans son ensemble qui serait une religion 'de paix', sous-entendu une religion de mort, c'est extrêmement dangereux", a dénoncé Stéphane Le Foll sur BFMTV et RMC. "Quand on est journaliste, on doit avoir ce sens de la responsabilité parce que tous ces amalgames, certains peuvent s'en servir", a-t-il mis en garde.

"C'est suffisamment complexe et compliqué de tenir une société aujourd'hui, on doit rappeler à tout le monde ce sens de la responsabilité. Je n'avais pas vu cette une, je ne peux pas dire que je la partage. Je la conteste même", a-t-il déclaré.

"Le fait religieux ne doit pas être discuté". Dans un éditorial intitulé "Les autruches en vacances", le directeur de la publication Riss, grièvement blessé lors d'une attaque de deux terroristes en janvier 2015 qui avait fait 12 morts, regrette pour sa part qu' "aujourd'hui, plus personne ne s'interroge sur le rôle de l'islam dans l'idéologie de Daech. Le bourrage de crâne a réussi à nous faire admettre que le 'fait religieux' ne doit pas être discuté".



Le sujet principal sur Twitter mercredi. Sur Twitter, le sujet Charlie Hebdo faisait partie des plus discutés en France, générant plus de 15.000 tweets pour soutenir ou critiquer le journal. "La une de #CharlieHebdo est très bien. C'est le terrorisme islamiste et les radicalismes religieux qu'il faut combattre et pas un journal", a commenté l'urgentiste et ancien de Charlie, Patrick Pelloux.



Une "gauche qui s'incline devant le réel" pour Ménard. Retwittant la une, le maire de Béziers proche du FN Robert Ménard a commenté "la gauche s'incline devant le réel". L'hebdo avait déjà fait polémique après les attentats de Bruxelles, avec sa une du 30 mars 2016, signé Riss et représentant le chanteur Stromae entouré de parties de corps tailladés avec la légende "Papa où t'es ?".