Second tour : Hollande sonne la mobilisation des ministres contre Le Pen

  • A
  • A
Second tour : Hollande sonne la mobilisation des ministres contre Le Pen
Le chef de l'Etat a demandé à chacun d'être "totalement mobilisé dans cette campagne".@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

Le chef de l'État a implicitement invité le gouvernement à voter pour l'autre qualifié du second tour, son ancien ministre, Emmanuel Macron.

François Hollande a demandé mercredi à "tous les ministres" de s'engager "pleinement" dans la campagne pour faire en sorte que la candidate du FN Marine Le Pen fasse le score "le plus bas possible" au second tour de la présidentielle, a rapporté le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Pendant le conseil des ministres, le chef de l'État a demandé que "tous les ministres s'engagent pleinement dans cette campagne du deuxième tour pour faire faire à Marine Le Pen le score le plus bas possible", a indiqué Stéphane Le Foll. "Il est important en ce moment d'être totalement mobilisés dans cette campagne", a ajouté François Hollande.

Une situation différente de 2002. Le président de la République a aussi rappelé que la situation n'était aujourd'hui pas la même qu'en 2002, a rapporté le porte-parole. À l'époque, il y avait eu "une forte mobilisation" après le premier tour pour faire barrage à Jean-Marie le Pen. Le président du FN avait réussi le 21 avril à se qualifier pour le second tour, éliminant de la course le candidat socialiste Lionel Jospin. Mais il avait été ensuite sèchement battu par le président sortant Jacques Chirac qui l'avait emporté avec 82% des suffrages contre 18% au leader frontiste.

"Pas de 1er mai unitaire". "Cette fois-ci, on n'est pas dans cette situation", a mis en garde François Hollande. Selon les sondages, Marine Le Pen recueille 40% d'intentions de vote contre 60% au leader d'En Marche ! Emmanuel Macron. Selon Stéphane Le Foll, François Hollande a aussi regretté qu'il n'y aurait "pas par exemple de 1er mai unitaire", comme ce fut le cas il y a 15 ans, où d'énormes manifestations s'étaient déroulées pour faire barrage au Front national.