Présidentielle : Mélenchon croit à sa présence au second tour

  • A
  • A
Présidentielle : Mélenchon croit à sa présence au second tour
Jean-Luc Mélenchon pense pouvoir se qualifier pour le second tour de la présidentielle.@ AFP
Partagez sur :

Pariant sur un effondrement d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon se dit confiant quant à sa qualification pour le second tour.

Jean-Luc Mélenchon a affirmé mardi qu'il se qualifierait pour le deuxième tour de l'élection présidentielle, disant croire à un "paysage entièrement nouveau" dans lequel, après avoir dépassé François Fillon, l'argument du "vote utile" en faveur d'Emmanuel Macron va s'effondrer.

Mélenchon devance Fillon dans un sondage publié dimanche. Le leader de La France insoumise s'était fixé l'objectif de ravir la troisième place à François Fillon dans les sondages, ce qui est le cas, pour un point (18% contre 17%), dans la livraison Kantar-Sofres-OnePoint diffusée dimanche, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

À présent, a-t-il dit, son objectif est "d'abord de m'assurer que la prise est bien faite. Et vous voyez bien qu'un paysage entièrement nouveau se dessinerait tout aussitôt car si je suis devant M. Fillon, alors tout l'argument d'après lequel le vote utile serait M. Macron pour éviter Fillon-Le Pen s'effondre".

"L'un des quatre sera président de la République dans un mois". Emmanuel Macron, "je lui disputerai le terrain le moment venu", a poursuivi le député européen, évoquant l'"agrégat assez fragile de gens qui le soutiennent". "Les gens l'identifient : c'est un centriste, un libéral", dit-il.

"Ce que je lui demande (...) c'est de garder à nos échanges la tenue qu'ils doivent avoir car l'un d'entre nous parmi les quatre que vous avez cités sera le président de la République dans un mois", a-t-il dit, après que Emmanuel Macron a notamment dénoncé sa "fascination" pour Vladimir Poutine.

Assad : un "criminel" pour Mélenchon. "Ca ne sert à rien de parler comme ça", a dit Jean-Luc Mélenchon, qui reproche à Emmanuel Macron d'avoir simplement "pris acte" des frappes décidées par Donald Trump en Syrie. "Quand on est président de la République française on ne prend pas acte du bombardement décidé par une personne sans mandat de l'Onu, de l'Otan, de personne".

"Que Bachar al-Assad soit un criminel, tout le monde le sait, la discussion ne porte pas sur ce point", mais "sur comment arrêter la guerre et rendre la parole au peuple syrien dans des conditions démocratiques et de paix qui fassent qu'eux-mêmes puissent s'en débarrasser", a-t-il dit, réaffirmant son opposition aux interventions militaires occidentales.

Jean-Luc Mélenchon fustige les "missionnaires armés" qui n'ont jamais "rien donné". "Ca n'a jamais rien donné les missionnaires armés", a-t-il dit, reprenant une expression de Robespierre prononcée en 1792.

Jean-Luc Mélenchon a également promis d'annoncer "une forme particulière de gouvernement", sans plus de précisions. Il pourrait en faire l'annonce lors de son meeting à Dijon le 18 avril.