Présidentielle : Bayrou écarte l'hypothèse d'une cohabitation si Macron est élu

  • A
  • A
Présidentielle : Bayrou écarte l'hypothèse d'une cohabitation si Macron est élu
François Bayrou est prêt à servir "le renouveau du pays" aux côtés d'Emmanuel Macron@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

François Bayrou est prêt à "servir le renouveau du pays", mais assure que "c'est la responsabilité du président élu que de définir ses équipes".

Le président du MoDem François Bayrou qui soutient Emmanuel Macron, écarte l'hypothèse d'une cohabitation en cas de victoire du candidat d'En Marche!, au second tour de la présidentielle, dans un entretien au Figaro vendredi.

"L'énergie" et le "courage" de Macron. "Après avoir assisté au débat et à la révélation de l'énergie et du courage du futur président, qui peut se présenter devant les Français en disant : 'Votez pour nous, pour que nous empêchions cet homme de gouverner' ? Qui va suivre une telle absurdité ?", se demande François Bayrou qui "écarte" l'hypothèse d'une cohabitation à l'issue des législatives.

Le président aura une nette majorité. Le maire centriste de Pau "pense que les Français vont donner une majorité nette au président de la République" et lui "fera tout ce qu'il faut pour cela". "Il est aussi probable que d'autres, qui n'auront pas été élus sous l'étiquette de la majorité présidentielle, puissent la rejoindre pour participer à la reconstruction", ajoute-t-il.

"Le temps de l'abattement national est fini". Concernant le débat télévisé mercredi soir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le président du MoDem : "l'a trouvé absolument éclairant et significatif" et pour lui "le temps de l'abattement national, qui a duré si longtemps, est fini. Il fallait que la page se tourne pour que s'ouvre un temps nouveau d'optimisme".

Enfin, à la question, "Pourriez-vous être Premier ministre ?", François Bayrou répond : "J'ai deux règles de conduite : je suis profondément attaché à ma ville et en même temps, je servirai le renouveau du pays. Pour le reste, c'est la responsabilité du président élu que de définir ses équipes. Et il ne doit pas le faire avant son élection."