Pour les 80 ans des accords de Matignon, Valls reçoit…le monde du cinéma

  • A
  • A
Pour les 80 ans des accords de Matignon, Valls reçoit…le monde du cinéma
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Ces accords, signés entre l'État, la CGT et le patronat en 1936, consacraient la création du contrat de travail, une augmentation des salaires et le droit de se syndiquer. Mais les partenaires sociaux ne sont pas conviés à fêter leur anniversaire.

C'est une ironie dont seule l'Histoire a le secret. Il y a 80 ans, dans la nuit du 6 au 7 juin 1936, les partenaires sociaux et le gouvernement du Front populaire signaient les accords de Matignon, historiques en matière d'acquis sociaux. Patronat et CGT s'entendaient en effet sur la création de contrats de travail collectifs, une augmentation générale des salaires et le droit de se syndiquer. En outre, les patrons acceptaient d'appliquer les lois sociales promises par l'exécutif, qui consacraient la semaine de 40 heures et introduisaient les congés payés.

Après les accords, le bras de fer. Huit décennies plus tard, il n'est plus question d'accord. Entre Matignon et la CGT, le torchon et les pneus brûlent à cause de la loi El Khomri. Un texte que le syndicat considère, précisément, comme une atteinte aux acquis sociaux. Alors que la CGT enchaîne les grèves et les manifestations, Manuel Valls, lui, tient bon. Et répète qu'il est hors de question de reculer, que ce soit sur le projet de loi Travail ou, plus largement, sur la ligne politico-économique du gouvernement.

Pas de partenaires sociaux. C'est dans ce contexte tendu que le Premier ministre participe, mardi, à la célébration de l'anniversaire des accords de Matignon. Un événement auquel les partenaires sociaux ne sont pas conviés. Manuel Valls doit, en revanche, recevoir "des personnalités du monde du cinéma", ainsi que "des volontaires du Service Civique engagés par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC)", indique son cabinet. Le Premier ministre a prévu, dans un discours, de "revenir sur le lien étroit entre le cinéma et le Front populaire". Et n'a "rien d'autre de prévu à son agenda dans les semaines à venir" concernant les accords de Matignon.