Pour Faure (PS), Juppé et Fillon ont "bien gagné" la présidentielle

  • A
  • A
Pour Faure (PS), Juppé et Fillon ont "bien gagné" la présidentielle
La politique du gouvernement Macron fait penser "au monde de Margaret Thatcher, de Ronald Regan", estime Olivier Faure. @ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Selon le chef de file des députés socialistes, Macron applique des mesures qu'Alain Juppé ou François Fillon auraient pu aussi lancer s'ils avaient été élus. 

Le chef de file des députés PS, Olivier Faure, a dénoncé lundi la politique du gouvernement, jugée trop à droite, et estimé que "contrairement à tous les pronostics, Alain Juppé et François Fillon ont bien gagné l'élection présidentielle".

"Formidables inégalités". "Qu'auraient fait de différent Alain Juppé ou François Fillon, s'ils avaient été élus ?", a-t-il demandé sur LCP. "Je ne dis pas que c'est exactement la même chose, je dis 'qu'est-ce que François Fillon aurait rejeté en réalité, qu'est-ce qu'il n'aurait pas voulu faire ?" . "Peut-être qu'il aurait été plus loin parfois. Il aurait fait la TVA (alors que le gouvernement a fait le choix d'augmenter la CSG, ndlr), on ne peut pas dire que ça soit très différent. Dans les deux cas, on en a de formidables inégalités qui se creusent et qui se créent à cette occasion", a regretté l'élu de Seine-et-Marne.

"Face au monde de Margaret Thatcher". "Il y a parfois des techniques qui auraient divergé mais pour le reste, sur l'esprit, sur la philosophie, je crois que les uns et les autres sont en réalité sur des recettes (...) assez éculées, datées, car nous sommes loin d'avoir à faire face à un nouveau monde", a-t-il jugé. "Nous sommes face au monde de Margaret Thatcher, de Ronald Regan qui, déjà dans les années 80, avaient conduit la même politique qui est une politique qui a les yeux de Chimène pour les plus riches et qui espère que par ruissellement, par miracle devrait-on plutôt dire, eh bien l'eau qu'on verse au sommet finira par s'écouler, au moins les gouttes, s'écouler jusqu'à la base", a-t-il critiqué.

Et quid de la stabilisation du chômage ? Selon lui, la stabilisation du chômage et la hausse de la croissance ne sont pas dues à cette politique. "Si seulement Emmanuel Macron avait ce pouvoir d'être celui qui par sa seule présence arrive à renforcer l'économie, à renouer avec la croissance. Je crois que (...) ces résultats ne sont pas liés à son arrivée à l'Elysée mais à une politique de fond qui a été conduite pendant 5 ans et dont les résultats ont tardé à venir", a-t-il conclu.