"On a vu le vrai visage de l'extrême droite : injure, mensonge, approximation" selon Manuel Valls

  • A
  • A
"On a vu le vrai visage de l'extrême droite : injure, mensonge, approximation" selon Manuel Valls
"Le Pen qui a montré son vrai visage (...) injure, violence, mensonge, approximation et c'est inquiétant" estime Manuel Valls@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

L'ancien Premier ministre socialiste estime avoir vu le vrai visage de l'extrême droite lors du débat d'entre-deux-tours mercredi soir : "injure, mensonge, approximation", inquiétant selon lui. 

Il aurait aimé être à sa place mercredi soir. Cela n'empêche pas Manuel Valls d'avoir trouvé Emmanuel Macron "à la hauteur, pugnace, précis, compétent" face à Marine Le Pen, "qui a montré son vrai visage : injure, violence, mensonge, appromixation et c'est inquiétant", a-t-il déclaré sur le plateau de CNews

"Demain, Emmanuel Macron peut être président". L'ancien Premier ministre va même plus loin dans l'éloge. "Demain Emmanuel Macron peut être Président et on l'a bien vu à l'occasion du débat, quand on est face à l'extrême droite le débat n'est pas de même nature", estime-t-il. Selon lui, "il y a une responsabilité supplémentaire d'être élu face à l'extrême droite, il doit rassembler et tenir le pays face à la violence de l'extrême droite qui ne va pas disparaître demain mais se poursuivre".

Un message pour Jean-Luc Mélenchon. Il a poursuivi sa tribune à l'encontre de Marine Le Pen. "Le populisme se nourrit des erreurs, des faillites, des peurs, on a bien vu que Le Pen ne pouvait pas gouverner et qu'elle plongerait le pays à la ruine (...) nous devons être capable de répondre aux aspirations des Français", a-t-il balayé. Avant d'ajouter que "ceux qui hésitent encore, ne donnent pas de consignes entre le blanc, l'abstention et Le Pen, doivent prendre leur responsabilité (...) nous sommes dans un moment crucial pour le pays et je salue Emmanuel Macron qui a su garder son calme et sa maîtrise", reprenant ses arguments contre Jean-Luc Mélenchon