Michel Sapin : "Il y a un énorme espace politique", Hollande "a la capacité de l'occuper"

  • A
  • A
Michel Sapin : "Il y a un énorme espace politique", Hollande "a la capacité de l'occuper"
Pour l'ancien ministre, "les gens n'en peuvent plus d'un Macron qui se marque de plus en plus à droite.@ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

L'ancien ministre socialiste de l'Économie et des Finances estime que les Français n'en peuvent plus d'Emmanuel Macron, trop marqué à droite, et de Jean-Luc Mélenchon, appelant sans cesser à manifester.

L'ancien ministre de l'Économie et des Finances Michel Sapin (Parti socialiste, PS) a jugé lundi sur RFI qu'il y avait "un énorme espace politique" à occuper à gauche, estimant que François Hollande avait la "capacité" de le faire.

"Il y a un énorme espace politique, que nous avions occupé, qui s'était désagrégé avec l'élection présidentielle et qui est en train de se reconstituer", a théorisé l'ancien locataire de Bercy. François Hollande "a la capacité de l'occuper, puisqu'il a été président, qu'il a des choses à dire, que des questions se posent sur la politique qui a été la sienne", a ajouté Michel Sapin, tout en soulignant qu'"il y a de la place pour tout le monde", et notamment le PS, qui, "dans son entier, doit occuper cela."

Hollande "en a pris lourd dans la figure" en cinq ans. Pour l'ancien ministre, "les gens n'en peuvent plus d'un Macron qui se marque de plus en plus à droite et d'un Mélenchon qui ne cesse d'appeler les gens à descendre dans la rue pour constater qu'ils ne sont pas là et dire que Macron a gagné". Invité à commenter le succès des séances de dédicaces des Leçons du pouvoir, le livre-bilan de l'ancien chef de l'Etat, Michel Sapin l'a jugé "personnellement réconfortant" pour celui qui "en a pris lourd dans la figure au cours de ces cinq années.



Élucubrations. "Mais "ce n'est pas un phénomène autour de la personne, qui di[rait]:'vous nous manquez'", a-t-il tempéré.  "Ça, ce sont des élucubrations de commentateurs ou de politiciens qui n'ont pas beaucoup d'imagination", a glissé Michel Sapin.