Marlène Schiappa : "Faire en sorte que les femmes soient davantage protégées" avec la réforme du Travail

  • A
  • A
Marlène Schiappa : "Faire en sorte que les femmes soient davantage protégées" avec la réforme du Travail
Avant d'arriver au gouvernement, Marlène Schiappa est notamment passée par le cabinet de Laurence Rossignol.@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

La nouvelle secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes veut notamment profiter de la future réforme du code du Travail pour améliorer le statut des femmes enceintes.

INTERVIEW

Elle fait partie de ces membres du gouvernement issus de la société civile, même si son passé de militante et un passage éclair en 2016 dans le cabinet de Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, lui ont donné une première expérience politique. Nommée secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, l'ex-blogueuse Marlène Schiappa évoque pour Europe 1 ses débuts au gouvernement et le premier grand dossier qu'elle souhaite mettre en chantier.

Vous avez été nommée au gouvernement il y a deux semaines. Passe-t-on facilement de l'autre côté du bureau ?

Je n'ai pas encore assez de recul. En tout cas, on travaille d'arrache-pied, quasiment non-stop. Il y a énormément de choses à faire ! L'avantage est que l'on avait un programme très construit sur les questions d'égalité femme-homme. Maintenant, on va être dans la mise en œuvre.

Quels est le premier chantier auquel vous voulez vous atteler ?

On va être sur une séquence très importante avec la réforme du code du Travail. Tout l'enjeu du secrétariat d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes va être de faire en sorte que les femmes soient davantage protégées dans l'exercice de leur métier, quelle que soit leur fonction, et notamment dans le cadre de la maternité. La maternité constitue un point de décrochage dans la trajectoire professionnelle des femmes. L'une des mesures phares du président de la République pendant cette campagne était de faire un statut de maternité unique, qui protège toutes les femmes, quelle que soit leur situation professionnelle : salariée, pigiste, intermittente du spectacle, etc.

Edouard Philippe multiplie depuis plusieurs jours les déplacements de campagne. On vous a également vu sur le terrain, au côté de Laetitia Avia, candidate aux législatives à Paris. Est-il important pour les membres du gouvernement de s'engager ?

Bien sûr! Les candidats en Marche! sont la future majorité présidentielle. Ce sont eux qui vont mettre en application le programme d'Emmanuel Macron. C'est sur eux que l'on va pouvoir s'appuyer pour faire voter les lois et mettre en œuvre la transformation du pays qui a été voulue par le président de la République. Il est primordial pour nous d'être avec eux, main dans la main, et de les soutenir dans leur campagne.

Qui va constituer, selon vous, l'éventuelle future majorité, alors que de nombreux socialistes et membres des Républicains se disent prêt à travailler avec l'exécutif ?

Ce sera d'abord une majorité en marche! Le but de cette recomposition politique est d'avoir sous la bannière de la République en marche! des gens qui viennent de la gauche, de la droite, du centre, de la société civile et qui ont décidé, ensemble, de se battre pour la ligne du président de la République. On ne regarde pas l'origine des personnes, mais l'engagement qu'elles sont prêtes à prendre, et si elles sont prêtes à signer le pacte avec la Nation qui sera proposé par Emmanuel Macron.

Dans un tweet vous avez fait savoir que vous étiez, au nom de la parité, à la recherche d'une directrice de cabinet alors que vous avez seulement reçu des candidatures d'hommes à ce poste. L'avez-vous trouvé ?

(Rires) On est encore en train de chercher, mais j'ai reçu énormément de candidatures. Je vais avoir pas mal d'entretien. J'ai bon espoir !

Cyril Hanouna va rencontrer la Secrétaire d'Etat

Marlène Schiappa a réagi le lendemain de notre rencontre à la polémique déclenchée par le canular jugé homophobe de Cyril Hanouna dans Touche pas à mon poste. Interrogée par France Info samedi, la secrétaire d'Etat s'est dite prête à rencontrer l'animateur pour lui parler "de la question de la lutte contre l'homophobie", mais aussi "de la culture du viol, car il y a eu des agressions sexuelles en direct sur son plateau".

"C'est un animateur très populaire. Il a une très grande responsabilité à ce titre. Il se doit d’avoir une parole impeccable et ne pas attiser la haine. Maintenant je ne vais pas rejoindre le commentaire, je suis là pour conduire des politiques publiques", a-t-elle encore déclaré.

Contacté par Europe 1, le cabinet de Marlène Schiappa a indiqué que l'animateur avait accepté la rencontre, un rendez-vous devant être calé "dans les prochains jours".