Malgré l'affaire Benalla, la confiance en Macron et Philippe en légère hausse

  • A
  • A
Malgré l'affaire Benalla, la confiance en Macron et Philippe en légère hausse
En dépit de l'affaire Benalla, le couple exécutif grimpe dans les sondages.@ PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL
Partagez sur :

Selon un sondage Harris Interactive, la cote de confiance du couple exécutif prend deux points en juillet, après deux mois de baisse.

La cote de confiance d'Emmanuel Macron et d'Édouard Philippe est en légère hausse (+2) en juillet, après deux mois de forte baisse, selon un sondage Harris Interactive réalisé de mardi à jeudi et publié samedi. Avec 42% d'opinions positives chacun, le chef de l'État et son Premier ministre progressent de cinq points auprès des Français interrogés, qui n'expriment aucune préférence partisane. 

Des points marqués chez les jeunes. En pleine affaire Benalla, ils cèdent en revanche du terrain auprès de tous ceux qui expriment une préférence politique, y compris pour La République en marche (-7 pour Macron, -4 pour Philippe), selon cette enquête pour le site Délits d'Opinion, un site spécialisé dans l'analyse de l'opinion publique. Après une période marquée également par la victoire de la France en Coupe du monde de football, le chef de l'État gagne notamment onze points en un mois auprès des moins de 35 ans. Il en perd au contraire cinq chez les plus de 65 ans. 

Les membres du gouvernement surfent sur la vague. Ce regain de confiance profite aux membres du gouvernement, dont la cote moyenne reste cependant limitée (30%, +3). La ministre des sports Laura Flessel (49%, +8), Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères, 46%, +4), Jean-Michel Blanquer (Éducation, 42%, +4) et Nicolas Hulot (Transition écologique, 42%, +4) profitent notamment de cette embellie. 

Juppé, Taubira et Bertrand s'en sortent bien. Le maire de Bordeaux Alain Juppé reste pour sa part en tête des autres personnalités politiques (36%, +2), devant Christiane Taubira (30%, -1) et Xavier Bertrand (29%, +4), dans un classement orienté globalement à la hausse. L'enquête a été réalisée en ligne du 24 au 26 juillet auprès de 966 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, avec une marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.