Présidentielle : l'homo politicus, une espèce très attendue au Salon de l'Agriculture

  • A
  • A
Présidentielle : l'homo politicus, une espèce très attendue au Salon de l'Agriculture
Dans la foule, les candidats ne sont pas à l'abri d'une prise à partie et d'un dérapage.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Le Salon de l’agriculture ouvre ses portes samedi. Il est un temps fort de la présidentielle, mais la visite des candidats n’est jamais simple à organiser.

Des chèvres, des vaches, des moutons, et une espèce bien particulière : l’homo politicus. Chaque année, c’est le même défilé. Les politiques se pressent dans les allées du Salon de l’Agriculture, à plus forte raison pendant une campagne électorale. Le grand rendez-vous annuel du monde agricole est aussi devenu un incontournable pour tout candidat, soucieux de soigner l’électorat paysan en affichant son amour du terroir et sa préoccupation devant les problèmes d’un secteur largement sinistré.

Pour cette 54ème édition, entre 620.000 et 650.000 visiteurs sont attendus porte de Versailles dans le 15ème arrondissement de Paris, du 25 février au 5 mars, et certainement un bon nombre des dix-sept postulants déclarés à l’Elysée. "Le salon sera l'occasion d'un grand défilé de tous les candidats et candidates qui voudront dire toute la passion qu'ils ont pour l'agriculture. Après, chacun pourra juger entre la déclaration d'amour et les preuves d'amour", a ironisé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, lors d’un point presse fin janvier. Jean-Luc Poulain, président de l’événement depuis 2008, a pour sa part appelé à des "débats utiles et sérieux sur l’avenir et les perspectives de l’agriculture".

Quel dispositif de sécurité ?

Etat d’urgence et présidentielle obligent, l’accent sera mis cette année, comme l’année dernière, sur la sécurisation de l’événement. Un dispositif "amplifié par rapport à 2016 et bien au-delà des directives préfectorales", assure-t-on du côté des organisateurs, sans pour autant donner de chiffre. Pour rappel, l’édition 2016 avait mobilisé quelque 800 policiers, en plus des nombreux agents de sécurités chargés des fouilles systématiques à l’entrée.

Comment s’organise le ballet des visites officielles ?

Un seul mort d’ordre : "le protocole !", souligne-t-on chez les organisateurs. "La préséance revient au président de la République, puis aux membres du gouvernement, viennent ensuite les candidats". Pour ces derniers, le staff doit composer avec des agendas de campagne bien remplis, tout en essayant d’éviter que deux visiteurs n’occupent le même créneau horaire : "Parce qu’il faut pour chacun un accompagnement protocolaire, qui n’est pas toujours extensible", précise-t-on de même source. Les inimités des uns et des autres peuvent aussi venir compliquer les choses ; il arrive, souffle-t-on encore, qu’un responsable politique exige de ne pas avoir à en croiser un autre.

Des dérapages sont-ils à craindre ?

En 2016, François Hollande avait été sifflé et alpagué à son arrivée au Salon. La même journée, un groupe de manifestants s’en était pris au stand du gouvernement, obligeant les CRS à intervenir. Avec une agriculture sous tension, et une classe politique de plus en plus impopulaire, nul n’est à l’abri d’une prise à partie… et d’un dérapage.  Le "Casse-toi pov’con" lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy à un homme refusant de lui serrer la main est resté dans les annales du Salon et du précédent quinquennat.

L’ambiance de campagne s’est plutôt tendue ces derniers jours : concert de casseroles pour François Fillon à Tourcoing, sifflets pour Marine Le Pen dans le Jura, manifestants qui tentent de s’inviter au meeting toulonnais d’Emmanuel Macron après ses propos sur la colonisation, bref, tout cela pourrait aussi venir gâcher un bain de foule au milieu des vaches et des bottes de foin . "C’est aussi aux équipes de sécurité des candidats de faire leur travail face à ce genre de situation", balaye-t-on dans les rangs des organisateurs.

L'agenda

François Hollande sera donc samedi Porte de Versailles pour l’inauguration. Le président de la République, qui détient le record du temps passé au Salon, ayant arpenté ses allés pendant douze heures en 2012, a peu à peu raccourci ses visites au fil des années et de sa dégringolade dans les enquêtes d’opinion. En 2016, il y avait encore passé six heures. Il ne devrait pas s’y attarder pour sa dernière visite en tant que chef de l’Etat, puisqu’il est attendu le même jour à Disneyland Paris pour les 25 ans du parc d’attraction.

Les postulants à sa succession arpenteront les allées les jours suivants :

Marine Le Pen: le 28 février

Emmanuel Macron: le 1er mars, selon une information du Télégramme.

François Fillon : Le candidat de la droite, devrait y passer en milieu de semaine prochaine, mais aucune date n’a encore été arrêtée pour le moment, indique son équipe de campagne.

Benoît Hamon : Pas encore de date à communiquer.

Jean-Luc Mélenchon : Il est possible que Jean-Luc Mélenchon boude l’événement comme l’année dernière, révèle un responsable de la France insoumise. Le candidat pourrait préférer un déplacement de terrain, éventuellement dans une ferme bio.