L'aide juridictionnelle pour Salah Abdeslam : "Il faut que chacun puisse être défendu"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La défense du terroriste présumé Salah Abdeslam devrait être payée par une aide mise en place par l'Etat, et dont peut bénéficier chaque prévenu. 

INTERVIEW

Selon son avocat Franck Berton, la défense du terroriste présumé Salah Abdeslam doit être financée par l’aide juridictionnelle, c’est-à-dire par une aide qu’accorde l’Etat aux justiciables les plus démunis. Mais pour Elisabeth Boissinot, mère de Chloé, tuée dans les attaques du 13 novembre, une telle chose est tout simplement inconcevable. "Mes impôts ne serviront pas à payer l'avocat de Salah Abdeslam, je refuse", a-elle prévenu mardi au micro d’Europe 1.

Des ressources inférieures à 1.000 euros. "On est dans une société démocratique, il faut que chacun puisse être défendu", explique toutefois Corinne Dreyfus-Schmidt, présidente de l’Association des avocats pénalistes. "Les gens qui n’ont pas de ressources supérieures à 1.000 euros mensuels, peuvent bénéficier d’un avocat gratuit qui est désigné par le bâtonnier" sur la liste des avocats qui acceptent d'être commis d'office, détaille-t-elle au micro d’Europe Midi. Une mesure dont l'origine remonte au 19e siècle.

"Une somme symbolique". Le conseil désigné reçoit une indemnité estimée à 1.375 euros. "Une somme symbolique", souligne Corinne Dreyfus-Schmidt. "Vous imaginez le temps que va durer cette instruction ? Ce n’est pas intéressant financièrement, les gens le font parce qu’ils ont envie de contribuer à l’accès à la défense pour tous". Dans le cas de l'affaire Abdeslam, l'avocat bénéficie également d'"un rayonnement médiatique assuré", reconnaît-elle.

La justice d'une société démocratique. "Le débat, aujourd’hui, n’est pas un débat car dire que Salah Abdeslam ne doit pas avoir d’aide juridictionnelle, cela revient à dire :'Salah Abdeslam ne doit pas avoir d’avocat'", relève Corinne Dreyfus-Schmidt. "L’émotion ne doit pas tous nous emporter. Dans l’affaire Breivik en Norvège, l’une des familles de victime a considéré que, bien qu’il ait été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, il devait être traité avec humanité. On peut avoir des victimes avec ce ressentiment, il ne faut pas se laisser emporter par l’émotion. Il faut garder raison : il est important que tout le monde soit défendu dans des conditions dignes d’une société démocratique", conclut l'avocate.